Marseille, au Toursky : Université populaire - cours d’histoire

lundi 14 décembre 2015
par  K.S.
popularité : 5%

Mercredi 16 décembre 2015 à 19 h :

Université populaire de Marseille

De février 1848 à la Commune de Paris : les aléas de l’émancipation

Cours d’histoire par Christine Excoffier

Dates : les mercredis 2 et 16 décembre 2015 ; 6, 13, 20 et 27 janvier 2016 ;
de 19 à 21 heures.

Théâtre Toursky, 16 Promenade Léo Ferré, 13003 Marseille (métro National).

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
(ci-contre : Jules Vallès)

L’histoire nous rappelle qu’il est possible de vivre différemment, qu’aucune nécessité n’enchaîne le présent.

La période qui va de la révolution de 1848 à la Commune de Paris s’inscrit dans l’histoire du « siècle des révolutions » : ce qui s’est joué alors, c’est l’émancipation civile, sociale et politique des individus, toujours inachevée.

Les historiens ont écrit plusieurs récits de cette émancipation.
« Le premier place l’émancipation individuelle et collective au coeur d’un processus cumulatif, engagé avec la Révolution de 1789 et parachevé par l’enracinement de la République à la fin du XIXe siècle. L’équilibre républicain final fondé sur la représentation parlementaire, les libertés individuelles et un espace public de discussion, en constitue l’horizon indépassable.

Un autre récit de l’émancipation, rétif à l’idée linéaire de progrès, préfère souligner au contraire les potentialités oubliées, expérimentées par des hommes et des femmes du XIXe siècle, puis recouvertes par l’histoire dominante. Les rêves et les pratiques (certes éphémères) d’affranchissement social et d’autogouvernement, au lendemain de 1830, en 1848 ou en 1871, en constituent la chair.

Un autre récit possible pourra souligner les exclusions qui fondent l’émancipation des citoyens reconnus comme tels au XIXe siècle : l’exclusion des femmes de l’espace public, l’effacement des colonisés de la citoyenneté, la relégation des barbares, objets d’une peur sociale lancinante tout au long du siècle (Emmanuel Fureix & François Jarrige, Le crépuscule des Révolutions 1848-1871, Le Seuil, 2012).

C’est à partir de ces deux derniers récits que je tenterai d’expliquer comment les hommes et les femmes de cette période ont tenté d’instituer une « société autonome ».

Ce cycle s’inscrit à la suite de « L’actualité de la révolution de 1848 », dont les documents et enregistrements sont disponibles sur le site : www.université-populaire-de-marseille.net.


Brèves

27 octobre 2016 - Rappel : La domestication du monde - programme de conférences (Paris)

Marjolaine (Paris) : 8 conférences, du 5 au 8 novembre.
Voir : http://penselibre.org/spip.php?arti..

27 octobre 2016 - Rappel : Conférences de Pierre Jouventin :

Trois prédateurs dans un salon – Histoire naturelle du chat, du chien (et de l’homme) – Museum de (...)

16 juin 2016 - Rappel : conférences de l’U. Populaire du Pays d’Aubagne

Université Populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile (avec notamment le thème de la désobéissance, (...)

1er juin 2016 - Paris le 2 juin

Stéphane Sangral, auteur de "Fatras du Soi, fracas de l’Autre" (voir ) propose un débat autour de (...)

23 mai 2016 - Les mutins oubliés de la guerre de 14/18

Marseille le Jeudi 26 mai 2016 à 18 h : Les mutins oubliés de la guerre de 14/18
Maison Pour (...)