Vers une tardive réhabilitation...

samedi 10 mai 2008
par  K.S.
popularité : 6%

14/18, 1ère guerre mondiale, la der… des der…
Mais à l’évidence, l’expérience n’a servi à rien, tout au moins pour ceux qui préfèrent la paix à la guerre.
Car pour les autres, les Etats, les nationalistes, les fabricants et vendeurs d’armements, et enfin les partisans de la violence comme solution des conflits, ce fut un essai encourageant, puisque ensuite, tout comme avant, les massacres se sont succédés, au nom de la Patrie, de la Révolution, de la Démocratie, contre le terrorisme, pour telle ou telle religion, etc.

14/18 fut, dit-on, la première guerre moderne, totale.
Celle de la manipulation des esprits et de l’information.
Il ne faisait pas bon, à l’époque, se montrer tiède quant à l’effort national, et les hommes qui voulurent rester des hommes, refusant l’indignité des actions qu’on leur ordonnait, des conditions qu’on leur imposait, le payèrent de leur vie et furent bannis de la mémoire collective.

Aujourd’hui seulement, ce que les pacifistes disaient depuis si longtemps vient à l’esprit des intellectuels patentés, des médias, et même des gouvernants.

On ose remettre en question l’histoire officielle, qui magnifiait l’honneur, le courage, l’héroïsme des combattants.

On établit une subtile (ou plutôt fumeuse) différence entre patriotisme et nationalisme.

On ose dire les horreurs de ces quatre années, l’incompétence, l’obstination des chefs militaires et leur mépris pour les soldats, calculés en chair à canon.

On ose dire ce que taisaient presque toutes les œuvres des gradés et des militaires restés à l’arrière, mais qu’exprimaient si crûment les poilus dans leurs témoignages – lettres et carnets – censurés par les autorités, cachés par les familles honteuses, oubliés enfin.

On ose dire aussi, en citant la phrase d’Anatole France « On croit mourir pour la patrie et on meurt pour des industriels » qu’il s’agissait avant tout de profit, du profit des fabricants et marchands d’armes, et aussi des entreprises qui allaient se garnir les poches en reconstruisant ce qui avait été détruit par les bombardements. Lobbys militaires et lobbys industriels, main dans la main.

Dans l’après-coup, quatre-vingt-dix ans plus tard, cette première guerre mondiale fait scandale, et voilà les bien-pensants qui se mettent à reconnaître l’inhumanité des tranchées, du sang, de la boue, des assauts perdus d’avance mais utiles au moral de la nation, des sacrifices de vies humaines à seule fin d’établir un communiqué à la gloire de l’armée.

Il semble même possible donc, d’obtenir – enfin - la réhabilitation des fusillés pour l’exemple de 1917 par la France (le Royaume-Uni l’a fait le 16 juillet 2006, l’Irlande en 2004, la Nouvelle-Zélande et le Canada en 2000…) C’est en tout cas la demande faite par quatre associations (Fédération nationale de la Libre Pensée, l’Association Républicaine des Anciens Combattants, la Ligue des Droits de l’Homme et l’Union Pacifiste de France).
Ce serait la moindre des choses.
Car les fusillés pour l’exemple furent les victimes de la cruauté des chefs de guerre, et par un retournement pervers, ces victimes furent désignées comme coupables par ceux-là même qui les martyrisaient, par ces gradés sadiques et incompétents.

N’en déplaise aux partisans d’une paix à géométrie variable, toute guerre est scandaleuse, injuste, inutile, nuisible aux êtres humains, et rien ne peut raisonnablement la justifier. Les pacifistes intégraux (qui ne sont pas bêlants) continueront à dire, comme André Arru qui s’insoumit à la fois à la guerre et au fascisme « La violence ne résout pas les problèmes » et avec Louis Lecoin « S’il m’était prouvé qu’en faisant la guerre, mon idéal avait des chances de prendre corps, je dirais quand même non à la guerre. Car on n’élabore pas une société humaine sur des monceaux de cadavres. »

S.K.S.


Brèves

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)

2 juillet 2016 - Les vidéos du colloque ’Animal politique’

Le 2 juin 2016 à l’Assemblée Nationale, le Colloque ’Animal politique’ a été organisé par 27 (...)

14 juin 2016 - Appel d’Amnesty

Jeux olympiques, coupe du monde et violences policières – voir : http://info.amnesty.be/adserver2/co..