La virginité, qualité essentielle de la personne ?

par K.S.

Chagall : la mariée

S’appuyant sur l’article 180 du code civil : « …s’il y a eu erreur sur la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l’autre époux peut demander la nullité du mariage » et ce dans un délai de cinq ans, le tribunal de grande instance de Lille a annulé en avril dernier un mariage entre musulmans avec pour motif le mensonge de l’épouse sur sa virginité.

Cette décision vient d’être commentée dans une revue juridique [1]

Les juges ont donné raison au plaignant, et ont estimé que le mariage avait été conclu « sous l’emprise d’une erreur objective » mais aussi qu’une telle erreur était « déterminante dans le consentement ». En l’espèce, à leurs yeux, la virginité l’était. Les juges ont pensé que le mari plaignant avait été trompé sur la virginité de sa femme, considérée en l’occurrence comme « une qualité essentielle. »

Chagall : songe d'une nuit d'été

A noter que des jugements précédents ont déjà retenu cet article de loi, par exemple quand un époux a ignoré que son conjoint était divorcé ou prostitué, lorsqu’il s’est trompé sur son état mental ou son aptitude à avoir des relations sexuelles normales, selon la revue.

Depuis, on assiste à un concert de protestations, particulièrement de la part d’associations féministes, anti-racistes et laïques, mais aussi des partis politiques, y compris de droite, et même de deux ministres…

La philosophe et écrivain française Elisabeth Badinter a déclaré sur France-Inter : « Je suis ulcérée par la décision du tribunal d’accepter de juger ça parce que la sexualité des femmes est une affaire privée et libre en France, absolument libre », « ...au lieu pour un tribunal de défendre les femmes, de défendre ces jeunes femmes, au contraire il accentue la pression sur elles ».

Seule la Garde des sceaux, Rachida Dati [2] refuse de désavouer les magistrats de Lille. Et comme cela ne lui suffit pas, elle déclare que « La justice est là pour protéger. Le fait d’annuler un mariage est aussi un moyen de protéger la personne qui souhaite peut-être se défaire du mariage, parce que je pense que cette jeune fille […] a souhaité également, sans doute, se séparer assez rapidement. ».

Sans doute ? Mais de quoi est-on sûr ?
Pour le moment, d’une chose : au pays de la laïcité, de la séparation des Eglises et de l’Etat, un tribunal peut conforter les traditionalistes dans leurs pires préjugés et confondre personne humaine et marchandise.


Dans la même rubrique

0 | 5

Aujourd’hui 17 Août :
le 17 août 2019
par K.S.
Toujours la tentation du concordat...
le 15 août 2019
par K.S.
Islam et laïcité
le 18 juillet 2019
par K.S.
Nasrin Sotoudeh
le 27 avril 2019
par K.S.
Mai 68 : les révélations d’un ex-pape
le 13 avril 2019
par K.S.