Argentine : Fausse couche = prison
Article mis en ligne le 11 mai 2016

par K.S.
logo imprimer

Amnesty appelle à soutenir par une pétition Bélen, condamnée à huit ans de prison pour meurtre avec circonstances aggravantes. Il y a deux ans, souffrant de douleurs abdominales, Bélen s’était rendue à l’hôpital de Tucumán, en Argentine. En réalité, il s’agissait d’une fausse couche. La situation s’est aggravée lorsqu’un infirmier apporta un fœtus, trouvé dans les toilettes et accusant Bélen d’avoir tué son propre « fils ». Le personnel hospitalier, en plus d’insulter et de maltraiter Belén, appelle alors la police pour la dénoncer, sans aucune preuve, violant par ailleurs le secret médical. Le 19 avril 2016, Belén a été condamnée à huit ans de prison pour meurtre avec circonstances aggravantes. Après avoir fait une fausse couche, elle a en effet été accusée d’avoir provoqué un avortement.

Or, le manque de preuve scientifique est avéré : aucune analyse ADN et aucun lien de parenté n’ont été établis et le foetus qui aurait été découvert dans les toilettes avait 32 semaines alors que Belén était enceinte de 22 semaines.

Amnesty fait remarquer que la situation de Belén n’est pas unique. En Argentine, les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles sont sans cesse mis en danger, et celles qui vivent dans la pauvreté sont plus susceptibles encore de ne pas recevoir des soins médicaux nécessaires, ou de subir les insultes et les coups du personnel médical.

La pétition demande la libération immédiate et sans condition de Bélen ainsi que le respect des droits des femmes et filles argentines :

http://info.amnesty.be/adserver2/pe...


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84