Les anarchistes contre le mur : action directe et solidarité avec la lutte populaire palestinienne

samedi 21 mai 2016
par  K.S.
popularité : 3%

Les anarchistes contre le mur : action directe et solidarité avec la lutte populaire palestinienne - Présentation d’Uri Gordon et d’Ohal Grietzer
 [1]

« Quand je vois le tracé du mur, je me demande : Qui enferme qui ? »

(p.84)

Comme l’énonce la présentation de l’éditeur, il s’agit de porter témoignage.
Et, en effet, ce livre, outre divers textes d’introduction, réunit des témoignages divers de ces femmes et de ces hommes, citoyens d’Israël, mais avant tout activistes de la paix : « Dans un assidu recommencement, ils vont semaine après semaine, vendredi après vendredi, vers ce mur ; ils vont marcher, manifester avec ceux qu’on leur désigne comme des ennemis et affirmer, sans violence, leur détermination sans faille. […] Et, plutôt que d’ériger des murs, ils lancent des passerelles.  » (In Avant-propos)

Ces activistes, que la société israélienne a qualifiés d’anarchistes de façon péjorative, ont fini par revendiquer cette étiquette et plus encore par réfléchir à ce qu’elle implique, dans tous les domaines. Et que de questions !

Certains arrivent à l’anarchisme par leur pratique de solidarité pacifiste avec les palestiniens. D’autres relient directement leurs actions et leur pensée libertaire. D’autres interrogent l’accord entre l’engagement extérieur et les relations interindividuelles dans le groupe.
Tous sont sincères, authentiques, exigeants, dans l’aveu de leurs peurs, de leurs malaises, de leurs espoirs.

On peut relever dans l’avant-propos des phrases qui détonnent heureusement avec les positions prises habituellement tant chez les politiques que dans les médias, dont on constate la navrante discrétion sur ce mouvement : « La conjoncture étant ce qu’elle est, nous pouvons reconnaître objectivement que, sans la mise en place de deux États, il n’y aura pas de paix possible, tout en ajoutant aussitôt que cela fera deux États de trop. Mais c’est parce que nous refusons cet affrontement peuple contre peuple que nous choisissons de déplacer les lignes de réflexion ; mieux, nous choisirons celles et ceux qui, de plus, passent la ligne de séparation des nations, enjambent la frontière, vont de l’autre côté, rompent avec une politique mortifère. » (In Avant-propos)

Que les partis et institutions d’Israël, comme leurs soutiens extérieurs, ignorent ou dénoncent ce mouvement n’est en rien étonnant. Mais : « Que ceux qui se proclament les amis des Palestiniens en fassent autant ne laisse pas de nous surprendre. Des deux côtés, militaristes et religieux brouillent la vue ; les deux bords se nourrissent mutuellement. » (In Avant-propos)

Quelques extraits, pêle-mêle :

« Les contacts établis pendant le camp de Mas’ha amenèrent les Palestiniens à inviter des israéliens à rejoindre les manifestations. Ce fut le début d’un long partenariat entre les anarchistes contre le mur et les comités populaires de nombreux villages. » (p.24)

« Nous n’avons pas besoin de défendre un programme politique, que ce soit celui des accords de Genève ou une autre solution alternative. Nous devons plutôt combattre pour mettre en place un mode de vie totalement différent et l’égalité pour les habitants de la région, et placer ces revendications au centre de nos luttes. » (p.36)

« L’obligation des citoyens à résister aux politiques et aux actes criminels menée par leur gouvernement est reconnue par la loi internationale, et elle exige que les israéliens fassent tout ce qu’ils peuvent pour résister à leur gouvernement. Mais surtout, l’obligation morale de résister au mur devient manifeste à qui a été témoin de l’isolement des villages et des villes ou a simplement vu ce chemin dessiné sur une carte. Détourner son regard et ne pas tenir compte des crimes commis en notre nom, avec nos impôts, par les étudiants que nous formons ou par les personnes avec lesquelles nous entretenons des liens, c’est perdre une partie de son humanité. Tel est le fardeau dont les Israéliens sont les esclaves du fait de la peur. En ce sens, l’acte de désobéissance et de résistance est aussi un acte de libération personnelle – un choix ouvert à tous les Israéliens qui veulent rejoindre le combat. » (p.62)


[1Éditions libertaires, 2016, 134 pages, 13 € ; Désobeissances libertaires, collection dirigée par André Bernard et Pierre Sommermeyer, membres du collectif de Réfractions.


Brèves

21 septembre 2011 - ’Le vrai scandale des gaz de schiste

Vient de paraître :
"Le vrai scandale des gaz de schiste" par Marine Jobert et François (...)

18 octobre 2010 - Brassens libertaire

Vient de paraître Brassens libertaire de Marc Wilmet .
En voici la présentation par la librairie (...)

12 janvier 2009 - « Qui sont les anarchistes ? »

Information de Raforum Recherches sur l’anarchisme
Le prochain numéro du « Monde diplomatique » (...)

20 décembre 2008 - Encyclopédie anarchiste en ligne

Raforum () annonce :
« La grande et unique Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure vient (...)

20 novembre 2008 - Emile Temime

Emile Temime est mort à Marseille le 19 novembre à l’âge de 82 ans,. Historien, il fut notamment (...)