Omar Khayyâm - Vivre te soit bonheur ! Cent un quatrains de libre pensée

dimanche 5 juin 2016
par  K.S.
popularité : 13%

Cent un quatrains de libre pensée ! [1]
Voilà un titre prometteur.

Cent un quatrains de libre pensée ! Voilà un titre prometteur.

Sur Penser libre, nous avons fréquemment mis en ligne des quatrains d’Omar Khayyâm, qui fut tout à la fois poète, mathématicien, astronome, philosophe, et penseur libre (voir http://penselibre.org/spip.php?article23, http://penselibre.org/spip.php?arti..., http://penselibre.org/spip.php?article14, http://penselibre.org/spip.php?arti...).

L’introduction de cette petite plaquette de 128 pages dépeint ainsi le personnage, en indiquant que les quatrains choisis sont « le reflet de sa philosophie : la vie est brève, alors jouissons du peu de temps qui nous est octroyé ici-bas… » :

« Pour Omar Khayyâm, il n’est d’autre vie que celle de ce monde ni d’autre vérité que celle de ses plaisirs éphémères. Loin de cheminer sous le regard bienveillant d’une Providence divine en attendant, s’il est vertueux, de jouir de la félicité éternelle, l’homme est le jouet de forces incompréhensibles au sein d’un univers dépourvu de sens : Khayyâm adresse en libre penseur un camouflet aux docteurs de l’islam et prend le risque d’affirmer un art de vivre allant à l’encontre des moeurs et des lois de son temps. »

Le lecteur qui n’aura pas eu accès auparavant à l’édition plus fournie de Gallimard Poésie risque d’être un peu déçu en parcourant les premières pages. Les quatrains choisis évoquent le plus souvent Ronsard et son « Mignonne, allons voir si la rose… ». Certes, voilà de beaux conseils d’une sagesse et d’un hédonisme peu au goût des cléricaux de tous bords, notamment des chefs religieux de l’islam. Il faut arriver à la fin du volume, pour trouver des textes affirmant clairement l’inexistence d’un arrière-monde.

Avec ces quatrains, le traducteur a fait un choix qui lui appartient, et qui a le mérite d’inviter à un plaisir de vivre teinté de mélancolie, et à la méditation sur la vie et le monde qui ne fait pas appel aux croyances religieuses. Sur ce dernier point, cependant, l’introduction laissait espérer des textes plus affirmés. Dommage… Reste que ces poèmes d’Omar Khayyâm sont toujours d’actualité aujourd’hui. Et cela suffit à nous faire remercier le traducteur, malgré les quelques remarques exprimées plus haut.

Léonore


[1Omar Khayyâm, Vivre te soit bonheur ! Cent un quatrains de libre pensée – traduit du persan par Gilbert Lazard - Folio Sagesses Gallimard, 128 pages, sous couverture illustrée, 108 x 178 mm -
Achevé d’imprimer : 06-04-2016


Brèves

27 novembre 2008 - Les amis de Georges

Dans le numéro 106 (novembre-décembre 2008) de la revue "Les amis de Georges" , on trouve (...)