Ciel d’Afrique !
Poème de Bernard Dadié
Article mis en ligne le 26 juin 2016
dernière modification le 25 juin 2016

par K.S.
logo imprimer

Ciel d’Afrique !

Que ton soleil grille les ailes aux vautours affamés,

Brûle leur pelage aux hyènes puantes et gourmandes,

Car, entends-tu, ciel d’Afrique,

Ciel bleu et pur,

Ciel de paix,

Nous saisirons les bellicistes au collet

Et sur leurs méfaits ferons le jour, un jour cru,

Les canons sont encore en feu

Et ils veulent remettre ça !

Les veuves ont encore les yeux pleins de larmes,

Et ils veulent remettre ça !

Les orphelins pleurent encore les pères morts en relève

Et ils veulent remettre ça !

Dans l’air persiste encore le râle d’agonie des preux morts sans linceul,

Et ils veulent remettre ça !

Eh bien ! Non

Nous disons : non à la guerre.

Nous disons : non à l’arbitraire.

Non ! aux gouverneurs hystériques,

Non ! à la terreur qu’on répand sur notre pays…

Nous disons : halte-là ! aux brigands couverts de faveurs, d’étoiles,

Parce que nous, peuple de France et peuple d’Afrique,

Nous, combattants de la liberté et de la paix,

Les uns dans les usines, les autres dans les champs,

La main dans la main,

Par-dessus les mensonges des bellicistes,

Par-dessus les fronts de canons,

Par-dessus les nuages de superforteresses,

Dressons une digue contre la guerre

En saisissant les bellicistes au collet,

Car nous voulons vivre !

Nous voulons la paix !

Bernard Dadié [1] : « Nous saisirons les bellicistes au collet » [2].
]]

Notes :

[1Bernard Dadié , né en 1916 en Côte d’Ivoire

[2Poème de 1966 paru dans le recueil « Cent poèmes pour la paix » [[« Cent poèmes pour la paix », préface de Bernard Clavel, Ed. Le Cherche-midi, 1987.


Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84