"Citizen King"

Les 5 dernières années de Martin Luther King
jeudi 19 juin 2008
popularité : 5%

Image Wikipedia

ARTE a diffusé, mercredi 18 juin 2008 à 21 heures, "Citizen King", un documentaire en deux volets réalisé par Noland Walker et Orlando Bagwell.

Comme le fait remarquer justement Luc Chatel (Témoignage chrétien) [1] :

« Alors que la France s’enflamme pour la candidature de Barack Obama, elle en oublie de célébrer celui qui a permis cette candidature et dont l’année 2008 marque les quarante ans de son assassinat : Martin Luther King. Petite exception à cette amnésie (outre le numéro spécial que nous lui avons consacré, le 3 avril)[…], Arte diffuse un documentaire en deux volets, Citizen King 1963-1968, qui fait partie de la programmation spéciale Freedom, consacrée à la lutte des Noirs américains pour l’égalité des droits. » [2]

Ce passionnant documentaire de presque deux heures est centré sur la trajectoire politique de Martin Luther King durant ses cinq dernières années de vie, avec de larges extraits de ses interventions les plus marquantes et des témoignages de proches du pasteur ainsi que d’autres acteurs des événements (historiens, journalistes, hommes politiques). Les images des différentes marches et manifestations permettent de mieux situer le contexte de l’époque (mais où en sommes-nous aujourd’hui ?)…

Quelques points de repère :

Avril 1963 : Martin Luther King est brièvement emprisonné à Birmingham, Alabama, pour avoir soutenu une manifestation pacifique contre la ségrégation et les violences raciales. C’est là qu’il écrit la célèbre Lettre de la prison de Birmingham (Letter from Birmingham Jail), un traité définissant sa lutte contre la ségrégation. Ayant reçu le soutien direct du président John Fitzgerald Kennedy il est libéré une semaine plus tard.

Le succès historique de la marche de Washington au cours de laquelle Martin Luther King prononça son célèbre "I have a dream..." conduit en 1964 le président Lyndon B. Johnson à accorder - officiellement - l’égalité des droits aux Noirs et à supprimer la ségrégation raciale dans les États du Sud. Aucune loi n’était allée jusqu’à présent aussi loin, cependant au même moment, des émeutes noires éclatent un peu partout : New-York, Jersey-City, Dixmoor, Philadelphie... Les jeunes des ghettos des grandes villes américaines du Nord, en effet, ont dépassé la frontière du désespoir. Se considérant sans passé ni avenir, ils se jettent dans la violence la plus aveugle.

Le 10 décembre 1964 à Oslo, M.L. King reçoit le prix Nobel de la Paix et devient pour le monde entier le symbole de la révolte noire et de la lutte pour la justice par des moyens non-violents.
Alors que sa célébrité fait le tour de l’univers... sa critique de l’engagement américain au Viêt-nam puis son implication grandissante aux côtés des pauvres et des exclus lui font perdre de nombreux soutiens officiels, tandis que le Black Power " (Pouvoir noir), qui trouve une popularité grandissante chez les habitants des quartiers misérables des métropoles du Nord, critique ses convictions non violentes assimilées à de la faiblesse.

Puis il est accusé de sympathies communistes par Edgar Hoover chef du FBI qui tente de l’affaiblir en dévoilant sa vie privée.

Martin Luther King est assassiné le 4 avril 1968 à Memphis où il était venu soutenir les éboueurs en grève.

L’athée que je suis reste perplexe et admirative à la fois devant une telle personnalité.
Admirative devant le courage et l’audace que nécessitent la conception et la mise en œuvre de la lutte non-violente.
Perplexe devant la certitude apportée par la croyance en un dieu qui semble bien privilégier certaines de ses « créatures » au profit d’autres… Les massacres, les injustices, un dieu bon et puissant peut-il les tolérer ? Argument classique des rationalistes dont les croyants n’ont que faire. Sachant qu’aux USA un schisme racial se manifeste chaque dimanche matin : les Noirs et les Blancs prient le même Dieu mais dans des églises différentes.

La vie et l’engagement de Martin Luther King, tout comme les luttes non-violentes aux U.S.A et ailleurs dans le monde ne pouvant se résumer à ces cinq années, voici quelques suggestions d’adresses pour mieux cerner la question :

Sur anarchisme et non-violence
Un dossier très copieux de Johann Bauer : La résistance des Afro-Américains - le SNCC (Student Nonviolent Coordinating Committee) et le combat des Noirs dans le Sud des Etats-Unis dans les années 1960(publié le 23 août 2006).
Traduit et revu par Lou Marin avec l’aide d’Arthur Zweifel. D’après l’article paru dans le journal Graswurzelrevolution, 287, mars 2004.

Sur le site du MAN (Mouvement pour une alternative non-violente) www.nonviolence.fr Christian Delorme, directeur de publication, a consacré une biographie à Martin Luther King.

Il existe un site propre à MLK www.martinlutherking.fr/

Léonore Litschgi


[2A noter qu’Arte avait précédemment diffusé le 27 octobre 2004 dans « les mercredis de l’histoire » : « Martin Luther King - un crime d’état – ».


Brèves

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)

2 juillet 2016 - Les vidéos du colloque ’Animal politique’

Le 2 juin 2016 à l’Assemblée Nationale, le Colloque ’Animal politique’ a été organisé par 27 (...)

14 juin 2016 - Appel d’Amnesty

Jeux olympiques, coupe du monde et violences policières – voir : http://info.amnesty.be/adserver2/co..