En Russie, afficher son athéisme vaut procès et prison
Article mis en ligne le 5 octobre 2016
dernière modification le 1er octobre 2016

par K.S.
logo imprimer

Bien sûr, on peut considérer les joueurs de Pokemon comme de grands enfants, les regarder avec indulgence ou mépris. Mais… il s’agit d’autre chose :

Amnesty International appelle à soutenir le jeune Rouslan Sokolovski, étudiant en droit de 21 ans, connu en Russie pour ses blogs athées : « Le 11 août, il a diffusé une vidéo sur YouTube dans laquelle il joue au jeu Pokémon Go sur son téléphone portable dans une des principales églises d’Ekaterinbourg, dans l’Oural. Il voulait attirer l’attention sur l’absurdité de la législation qui érige en infraction les offenses aux convictions des croyants en Russie. À la fin de la vidéo, Rouslan Sokolovski déclare qu’il regrette de ne pas avoir attrapé le plus rare des Pokémons, Jésus, avant de dire : " Il paraît qu’il n’existe pas ". La vidéo a été diffusée sur des chaînes de télévision nationales, accompagnée d’un commentaire selon lequel Rouslan Sokolovski insultait le sentiment religieux et était peut-être atteint de troubles mentaux. »

Signalé par l’attaché de presse du ministère de l’Intérieur local au Centre policier de lutte contre l’extrémisme pour une enquête préliminaire, il a été arrêté le 2 septembre, son matériel et ses travaux ont été saisis. Rouslan est en détention provisoire pour deux mois, le temps de l’enquête à l’issue d’une fermée aux journalistes et aux membres du public. Le 5 septembre, il a formé un recours contre son arrestation.

« Le blogueur a été inculpé en vertu de l’article 282 (" incitation à la haine ou à l’inimitié et atteinte à la dignité humaine ") et de l’article 148-2 (" actions publiques témoignant d’un manque de respect évident envers la société, dans le but d’insulter le sentiment religieux des croyants, commises dans des lieux de culte ") du Code pénal russe. Ces infractions sont passibles de peines allant jusqu’à cinq et trois ans de prison, respectivement. »

Pour rappel, cette législation qui érige en infraction les offenses aux convictions des croyants en Russie, fut introduite en 2013 après le procès des membres du groupe Pussy Riot accusées de "houliganisme" pour leur prestation dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Amnesty considère Rouslan Sokolovski comme un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et appelle à signer une pétition pour demander sa libération :

http://info.amnesty.be/incarcere-po...


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84