Verfeil (Tarn-et-Garonne) le 11 mai : « Le rêve égalitaire des Barcelone rebelles »
Article mis en ligne le 2 mai 2017

par K.S.
logo imprimer

Verfeil [1] (Tarn-et-Garonne) le 11 mai 2017 à 20h

« Le rêve égalitaire des Barcelone rebelles »

Intervention de Myrtille des Giménologues avec projection de photos.

Pizzas à partir de 18 h 30

« Rarement une ville s’est retrouvée aux mains de ses habitants. Barcelone, quelquefois, pas souvent, mais avec une telle intensité que le souvenir de cette aube nouvelle, de cette fête durant des jours et des semaines les obsède encore, eux, pour réessayer, et leurs ennemis, pour les en empêcher. La crainte que ces gens occupent à nouveau leur ville et se prennent en charge eux-mêmes mobilise contre eux tous les partisans de la mort : Capital, État, Église, Armée. Et le désir que cela revienne a maintenu en rébellion la partie la plus décidée et la plus festive de ce peuple et, dans l’attente de cette prochaine tentative, tous les partisans de la vie. »

Ce qui était remarquable chez eux, malgré toute répression qui leur tombait dessus, c’est la constance avec laquelle ils menaient leurs activités critiques sur tous les plans, sans faire de distinction ni poser de priorité entre la sphère du travail ou de la production, et celle du territoire ou de la reproduction sociale » (Pere López, in https://rastrosderostros.wordpress.com/, auteur du livre Rastros de rostros en un prado rojo (y negro), Virus, Barcelone, 2015).

Texte de présentation intégral sur : http://gimenologues.org/spip.php?ar....

Notes :

[1Commune proche de Gourdon-Le-Vigan dans le Quercy où se développa la colonie anarchiste espagnole d’Aymare de 1939 à 1967. Il s’agissait d’une exploitation de moins de 120 ha qui jouxtait un château en ruine qui fut achetée par le Mouvement Libertaire Espagnol. Les fonds provenaient essentiellement du CAER-Comité d’Aide à l’Espagne Républicaine, de la SIA et de la CNT. Il s’agissait d’accueillir des réfugiés espagnols concentrés dans les camps français du Barcarès puis du Vernet d’Ariège. Les premiers réfugiés arrivèrent fin juillet-début août 1939. Il y avait 36 hommes établis au Vigan en septembre 1939, voire plus. La plupart étaient aragonais, cénétistes et membres de la 26e division, ex-Colonne Durruti. Beaucoup aient eu l’expérience des collectivités de 1936-1938 et du travail agricole. Voir plus : http://www.autogestion.asso.fr/?p=6778.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84