Quelques quatrains d’
Omar Khayam
au sujet du Paradis
Article mis en ligne le 4 août 2008
dernière modification le 30 juillet 2008

par K.S.
logo imprimer

Tout homme qui eut une affection, une amitié, dans son cœur,

Qu’il soit de ceux qui prient ou de ceux qui jamais en public ne prient,

Tout homme dont le nom a été inscrit sur le livre de l’affection,

Est libéré de l’Enfer, n’a plus besoin du Paradis.

[| - O - |]

Je suis un esclave rebelle : Ta clémence, où est-elle ?

J’ai l’âme dans les ténèbres : la clarté de ta pureté, où est-elle ?

Si contre notre docilité Tu nous offres le Paradis,

Ce n’est qu’un marchandage : la liberté de la grâce et de Ta bonté, où sont-elles ?

Dieu, tu es Bonté ; or la Bonté, c’est d’être bon !

Alors pourquoi le pécheur est-il tenu loin du Paradis ?

Me vendre ton pardon contre la docilité, ce n’est pas être bon ;

Tout me pardonner, mes péchés et tout ! Cela, selon moi, c’est être bon !


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84