Israël - Témoignages de refuzniks, sur le site de l’Union pacifiste

samedi 27 janvier 2018
par  K.S.
popularité : 11%

André Bernard [1] signe, en date du 23 janvier, sur le site de l’Union pacifiste, présente ce livre :
Martin Barzilai, Refuzniks. Dire non à l’armée en Israël, préface d’Eyal Sivan, Libertalia pour Amnesty, 2017, 20 €, 204 p.
Voici l’intégralité de l’article ci-dessous.


Beau livre émouvant de vérité disparate, document argumentaire donnant à voir des trajectoires individuelles aux motivations multiples et singulières. Pour ne rien gâter, la présentation typographique est agréable avec des photographies en couleurs pleine page ; l’auteur, Martin Barzilai, journaliste indépendant en Uruguay, d’ailleurs photographe, a choisi de dresser le portrait de près d’une cin­quantaine de jeunes gens, et de moins jeunes, qui risquent la prison et qui y vont parce qu’ils et elles refusent de faire leur service militaire ou de combattre dans les territoires occupés par Israël. On estime à plusieurs milliers ces réfractaires qui, de­puis la création de l’État d’Israël, ont refu­sé de servir à un moment ou un autre. Pour ne pas monter ces faits en épingle, la hiérarchie militaire préfère quelquefois en réformer les acteurs et les actrices.

Il faut savoir que sont dégagés de l’obligation militaire les Palestiniens citoyens d’Israël et les juifs religieux ultraorthodoxes.

Eldar Brantman pense que « si Israël n’avait pas son armée, ce pays ne pourrait pas exister. La situation est compli­quée car aucun pays limitrophe ne veut de nous. Je ne sais pas si une solution est possible. Nous sommes arrivés ici et les Palestiniens étaient déjà là. Nous sommes ici à cause de la Seconde Guerre mon­diale, de l’Holocauste… Nous avions besoin de trouver une terre. Ce qui arrive aux Pa­lestiniens n’est pas juste. Je comprends les deux côtés. »

« C’était important de défendre mon pays », déclare Avner Wishnitzer. Puis « je me suis rendu dans les territoires occupés avec des militants. Là, j’ai vu la façon dont vivaient les Palestiniens et comment se comportait l’armée. Aujourd’hui, l’armée ne protège plus Israël, mais défend le projet de colonisation. »

Pour Meir Amor, les Juifs, parce qu’il leur fallait un endroit pour vivre, ont pris leurs terres aux Palestiniens, mais que « le coura­ge était aussi de trouver une solution pour la paix ». Pour lui, la société israélienne est une société de classes fondée sur une première spoliation des « Arabes » et sur une fracture entre Ashkénazes (venus d’Europe) et Mizrahim (venus du Magh­reb ou du Moyen-Orient).

« On ne parle jamais de la violence employée contre eux [les Palestiniens]. D’un côté, nous colonisons leurs terres et nous les poussons dehors pour créer des colonies. Et, d’un autre, quand ils y sont hostiles ou violents, le discours est de dire que nous colonisons pour sécuriser Israël », rapporte David Zonsheine.

Il y a cependant un consensus pour dire que « chaque pays a le droit de se défendre, mais pas d’attaquer les civils. »

Le refus d’Alona peut paraître des plus prosaïques : « Je ne voulais pas être là », à l’armée ; « il n’y avait donc pas de raison pour que je le porte », l’uniforme. Pour Omri, une autre femme : « Tout a commencé par une prise de conscience autour d’une chose simple : la valeur de la vie. Je suis contre le fait de prendre une vie. Que ce soit celle d’un animal ou celle d’un être humain. Je suis vegan aujourd’hui et végétarienne depuis mon plus jeune âge. »

Tamar Katz est pacifiste : « J’ai toujours détesté toute forme de violence. »
Yasso, elle, déclare avoir « toujours été sensible à ce que vivaient les Pales­tiniens. »
Haggai Matar avait participé à un convoi pour la paix en Cisjordanie afin d’aider à reconstruire les maisons des Palestiniens qui avaient été détruites par l’armée. « Plus je me rendais dans les territoires, plus je comprenais que les soldats n’étaient pas les seuls responsables des violences, mais qu’il s’agissait de tout un système qui poussait à la brutalité. »

« La décision que j’ai prise à 17 ans, déclare Gadi Elgazi, était qu’il fallait refuser de servir de façon collective en le revendiquant et non de se racheter une conscience individuelle dans son coin. »

En 1982, alors que l’armée israélienne envahissait le Liban, un vieil homme, dans une cinémathèque de Jérusalem, apostrophait l’assistance : « Je vous appelle à organiser l’insoumission collective. Je vous incite à la révolte. » C’était Yeshayahu Leibowitz, rare intellectuel à soutenir le refus.

La situation semble donc inextricable parce que la société israélienne, dans son ensemble, ne veut pas d’une paix qui « signifierait une transformation structurelle majeure : il faudrait traiter les Palestiniens d’Israël comme des citoyens à part entière, partager les terres et surtout changer la politique économique de la guerre en une politique écono­mi­que de la paix. »

« Si on lit les déclarations des géné­raux israéliens, déclare encore Gadi Elgazi, on comprend que leur idée n’est pas de gagner contre les Palestiniens. Ils veulent “tondre la pelouse” : l’herbe pousse, et il faut régulièrement la couper, tous les deux, trois ou quatre ans. Et il faut habituer les Israéliens à un état de guerre permanent. »

En décembre 2017, Donald Trump, président des États-Unis, a jeté de l’huile sur le feu en reconnaissant Jérusalem com­me capitale d’Israël. Son initiative ne vise pourtant qu’à satisfaire sa base électorale en prévision de la campagne présidentielle de 2020. Le Monde, en sous-titre de son édition du 8 décembre 2017, écrit : « La reconnaissance de Jérusalem est très populaire dans la partie spécifique de l’électorat, celle des chrétiens évangéliques. » 80 % d’entre eux sont « convaincus d’un don divin d’Israël au peuple juif ».

Par ailleurs, la campagne BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) poursuit sa route sans doute trop discrètement.

L’espoir vient de ces refuzniks qui, bien que très minoritaires, posent des actes car « refuser, c’est simplement défendre la dignité humaine et signaler à nos amis palestiniens qu’il y a un futur à bâtir, ensemble, au-delà de la domination ».

André Bernard


[1André Bernard donne chaque mois une chronique sur Achaïra, l’émission de radio des anarchistes de Bordeaux sur la Clé des ondes, et anime le site Désobéissance libertaire


Brèves

27 juillet 2016 - Le 27 Juillet sur Ephéméride anarchiste

Le 27 juillet 1924, à La Haye (Pays-Bas) à l’occasion du vingtième anniversaire de la création de (...)

25 février 2014 - A visiter : le site des Giménologues

Plein d’infos intéressantes et remarquablement illustrées sur :
http://www.gimenologues.org

12 juin 2013 - Contre le commerce des armes

L’Union pacifiste de France annonce le congrès annuel du Réseau européen contre le commerce des (...)

18 octobre 2011 - Femmes d’Espagne en lutte

Le site des Giménologues signale la parution, aux éditions ACL (Atelier de création libertaire) du (...)

15 mai 2011 - Éloge de la non violence, de la stratégie et de la patience.

Premiers pas...
Une internaute nous signale cette vidéo qui peut paraître un peu simpliste, (...)