Sur la propriété
Article mis en ligne le 4 juillet 2018

par K.S.
logo imprimer

« J’ai toujours considéré que le ciel est fait pour couvrir la création et la terre pour la porter. Même ceux qui trouvent leur plaisir à argumenter à loisir sur tout ne peuvent pas nier ce fait. Or, dans quelle mesure les hommes ont-ils apporté leur contribution à la création du ciel et de la terre ? Pas la moindre. Ils ne sont donc pas fondés à considérer comme leur propriété quelque chose qu’ils n’ont pas fait. Admettons encore qu’ils en réclament la propriété ; cela ne leur donne pas le droit d’en interdire la libre entrée aux autres. Mais, avec une belle suffisance, on bâtit des haies de séparation, on plante des piquets sur cette vaste terre et on proclame cela propriété d’Untel. C’est comme si on délimitait le ciel illimité avec des cordes, et allait enregistrer sa propriété : ceci est mon lot de ciel, celui-là est à tel autre. Si on délimite des parcelles de terrain pour les vendre à tel ou tel prix le mètre carré, pourquoi ne pas diviser l’air que nous respirons en litres et le vendre ainsi ? Si on ne peut pas diviser et vendre l’air ni délimiter le ciel, la propriété individuelle de la terre est aussi une absurdité. »

(Natsume Sôseki, Je suis un chat)


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84