"L’animalisme est un humanisme" sur le site de la CVN
Article mis en ligne le 14 septembre 2018
dernière modification le 1er septembre 2018

par K.S.
logo imprimer

La "Lettre" de Gérard Charollois datée du 11 août 2018 sur le site de la Convention Vie & Nature s’intitule "L’animalisme est un humanisme" et répond aux accusations de terrorisme émises par les lobbies des chasseurs et autres amateurs de viande suite à des graffitis mis sur des boutiques de bouchers ou charcutiers.

En voici le début :

"Les connaissances biologiques, éthologiques, paléontologiques et génétiques ont fait prendre conscience aux hommes d’une unité du vivant que niaient les vieilles idéologies et les jeunes intérêts.

La nature n’était qu’un environnement et les animaux des marchandises ou des souffre-douleurs pour ces doctrines obscurantistes et pour ces appétits insatiables de spéculations et de profits conquis au mépris du caractère évidemment sensible de l’animal.

Les législations commencent à peine à refléter, de manière bien insuffisante, cette prise de conscience qui revêt divers aspects et degrés de radicalité.

Pourvus de moyens financiers illimités, les lobbies de l’élevage, de la chasse, des armes à feu, de l’agrochimie suscitent des campagnes de désinformation et rémunèrent des "philosophes" appointés pour retarder l’inéluctable évolution des mœurs et des manières envers le vivant dans sa merveilleuse diversité.

Ce qui embarrasse le plus les contempteurs de la pensée animaliste tient à ce que l’écologie (concept pris dans son acception la plus large) est la seule pensée à ne pas avoir du sang plein les mains et les bottes.

Religions ésotériques ou séculaires, c’est-à-dire politiques, charrient des monceaux de cadavres après elles.

L’écologisme ne tue pas et cette virginité du sang versé ne tient pas qu’à la jeunesse de cette pensée, mais plus essentiellement au fait que l’écologie est l’amour de la vie.

L’animalisme n’oppose pas l’espèce humaine aux autres espèces mais invite au respect de tout être sensible.

Chaque espèce est riche en monde et si l’humain possède une capacité cognitive supérieure, il apparaîtra pauvre en monde au flair du chien ou au regard de l’aigle.

Alors, les lobbies de la chasse, de l’élevage, de l’agrochimie et leurs petits copistes délirent sur d’éventuels excès verbaux de militants et sur des incidents mineurs, canulars de potaches, qu’ils tentent d’ériger en attentats terroristes, histoire de confondre l’animaliste et l’islamo-fasciste criminel."

Suite du texte sur http://www.ecologie-radicale.org/me....


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84