Obligatoire, militarisé et punitif, le SNU est...
Article mis en ligne le 20 novembre 2018
dernière modification le 18 novembre 2018

par K.S.
logo imprimer

Autre article intéressant sur http://divergences.be/spip.php?arti... et du même auteur :

Obligatoire, militarisé et punitif, le SNU est...
B. Girard

Extraits :

« En premier lieu, le projet trouve son origine dans la volonté de Macron, exprimée pendant la campagne électorale, « d’inculquer aux jeunes la discipline, l’autorité, les priorités stratégiques de la France », dans un contexte marqué par une nostalgie maladive pour l’ancien service militaire, largement répandue dans tous les milieux politiques. Que le SNU ait été élaboré par une commission dirigée par un militaire et dont le président a personnellement nommé tous les membres n’est évidemment pas fortuit : d’emblée, le cadre est fixé, qui se traduit par une période d’enfermement obligatoire qui ne diffère guère d’un encasernement. Du reste, ce sont des considérations budgétaires bien plus que morales ou pacifistes qui ont amené Macron à en rabattre avec un projet d’une durée initialement prévue de 3 à 6 mois. »

« Même si la communication officielle reste très discrète sur le sujet, on est bien forcé de rappeler que, depuis les débuts de la conscription, la rencontre entre l’armée et la société s’est toujours faite sous le mode de la coercition, de la punition. Avec de lourdes peines de prison, avec la peine capitale en période de guerre, les réfractaires au service obligatoire ont pendant longtemps payé un lourd tribut à leur refus de l’armée et au respect de leurs convictions, la France, pour ce qui la concerne, ne reconnaissant le statut d’objecteur de conscience qu’en 1963 (et encore un statut très limitatif, concédé du bout des lèvres par le pouvoir gaulliste suite, notamment au combat acharné de Louis Lecoin). »


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84