Marseille, le 9 février au CIRA, Les luttes autonomes dans l’Espagne des années 1970 l’Espagne des années 1970 : : quelle quelle histoire pour quelles luttes ?

par K.S.

Samedi 9 février 2019 à 17 heures :

Les luttes autonomes dans l’Espagne des années 1970 : quelle histoire pour quelles luttes ?

Causerie-débat avec et par Joni Melavo, traducteur [1]

Au CIRA (Centre international de recherches sur l’anarchie), 50 rue Consolat, 13001 Marseille, tel 09 50 51 10 89.

Voir document joint ci-dessous.
Regroupant différents textes et témoignages, ce livre revient sur le contexte de luttes qui a secoué aussi bien l’appareil franquiste vieillissant que la jeune démocratie chargée d’assurer une transition politique sans remous.

Grèves générales, comités d’usines, mutineries dans les prisons, mobilisations massives face à la répression, apparitions de groupes autonomes au sein des conflits et prises en main de la vie de quartiers : de l’exploitation salariée à la vie quotidienne, tout allait être remis en cause.

Dans une large mesure, ce mouvement refusait d’être dirigé. La méfiance envers toute forme de représentativité était la règle plus que l’exception. La solidarité, l’auto-organisation et l’action directe s’opposaient aux tentatives de récupération ou de prises de pouvoir menées par les partis et les syndicats.

A travers les récits et les analyses rétrospectives de plusieurs protagonistes de cette époque, ce livre participe au travail de mémoire et de transmission de l’histoire des luttes autonomes. Loin de toute nostalgie envers une période révolue, il offre des pistes de réflexion pour qui cherche aujourd’hui encore à se confronter au pouvoir sous toutes ses formes.

En partant de ce recueil de textes et de témoignages, nous pourrons réfléchir à ce que ces luttes peuvent nous apporter aujourd’hui. Voir en quoi l’autonomie des luttes garde toute son actualité pour qui veut se défaire de tout pouvoir. Questionner les organisations formelles (même libertaires). Et encore bien d’autres choses. Mais dans tous les cas, penser comment la réappropriation de « notre » histoire des luttes peut nous servir pour nos combats actuels et à venir.