Triste anniversaire pour Raïf Badawi

par K.S.

Sous ce titre, Amnesty rappelle la situation tragique du blogueur Raïf Badawi, sa sœur ayant été arrêtée ainsi que d’autres militants des droits humains et de la liberté de pensée et d’expression.
11 janvier 2019

Dans l’ombre de l’assassinat de Jamal Kashoggi, la détention de nombreux militants des droits humains et critiques du système en Arabie saoudite est passé au second plan. C’est notamment le cas du blogueur Raïf Badawi, qui fêtera ses 35 ans le 13 janvier. De très nombreuses personnes du monde entier auraient souhaité qu’il puisse célébrer son anniversaire en liberté. Mais il devra malheureusement rester séparé de sa famille dans sa cellule de la prison de Dhaban, sur la mer Rouge. Amnesty International demande une nouvelle fois sa libération immédiate et inconditionnelle.

Raif Badawi a été arrêté en juin 2012 et croupit depuis lors en prison. En septembre 2014, un tribunal l’a condamné à dix ans de prison, à 1 000 coups de canne et à une amende équivalente à 250’000 Euros pour « insulte à l’Islam ». Sur sa page « Les Libéraux saoudiens », fondée en 2008, il avait commenté et critiqué des décisions politiques et religieuses ainsi que des institutions, dans un pays qui applique très strictement la religion musulmane.
Il y a quatre ans, le 9 janvier 2015, la flagellation publique de Raïf Badawi provoquait une indignation mondiale. En 2015, le jeune saoudien a reçu in absentia le Prix Sakharov pour la liberté d’opinion du Parlement européen. Malgré les protestations et la lutte incessante de son épouse Ensaf Haidar, depuis son exil canadien, Raïf Badawi est toujours en prison. Bien que l’exécution du reste de sa peine ait été suspendue, elle pourrait reprendre à tout moment.

Le cas de Raïf Badawi est, et reste, un exemple choquant du peu de cas qui est fait de la liberté d’expression et d’opinion en Arabie saoudite. Amnesty International demande la libération immédiate de Raïf Badawi et des autres prisonniers d’opinion saoudiens – dont Samar Badawi, sa sœur –, de son ancien avocat Walid Abu al-Khair, et des militantes des droits des femmes emprisonnées. L’organisation de défense des droits humains appelle les gouvernements – y compris le Conseil fédéral – à poursuivre et à intensifier leurs pressions sur les autorités saoudiennes pour obtenir la libération des personnes susmentionnées.
Pour demander la libération de Raïf Badawi et des autres prisonniers d’opinion en Arabie Saoudite :

https://www.amnesty.ch/fr/pays/moye....

Voir pour se remémorer l’histoire de de Raïf Badawi :http://penselibre.org/spip.php?arti....