Sur le site du CIRA Marseille

par K.S.

Beaucoup d’infos intéressantes sur le site du CIRA (Centre international de recherches sur l’anarchisme, https://www.cira-marseille.info/), en particulier cette annonce :

Du 30 juillet au 1er Août 2019

Bogota (Colombie) – L’antimilitarisme en mouvement : récits de résistance à la guerre – Internationale des Résistants à la Guerre

La conférence

La Conférence internationale Antimilitarisme en mouvement : récits de résistance à la guerre cherche à mieux faire connaître les expériences collectives de résistance au militarisme et à développer des alternatives à la militarisation croissante dans les pays d’Amérique latine et dans le monde. La conférence réunira des groupes, des organisations et des individus pour partager et élaborer des stratégies d’action fondées sur la non-violence et l’antimilitarisme. L’événement aura lieu à Bogota, en Colombie, en juillet et août 2019.

Contexte

L’Internationale des résistants à la guerre, en tant que réseau d’organisations anti-militaristes et pacifistes, a cherché à rendre visible la militarisation dans différentes parties du monde, en créant des liens à travers des événements et des actions, en lançant des campagnes non-violentes impliquant activement des groupes et des populations locales et en renforçant la solidarité. et un soutien à ceux qui s’opposent à la guerre et défient ses causes. Le WRI a également organisé des rassemblements d’activistes de différentes régions lors de réunions internationales, plus récemment à la conférence « Petites actions, Grands mouvements » au Cap, en Afrique du Sud, en 2014.

De même, en Amérique latine, les initiatives visant à élargir la perspective et la position de l’antimilitarisme en tant que mouvement social non-violent ont amené différentes organisations à se réunir sur une plate-forme régionale afin de renforcer l’impact et la portée des initiatives de la région qui ont résisté à l’impact de militarisme. Cette plate-forme, appelée Réseau antimilitariste d’Amérique latine et des Caraïbes (RAMALC, http://ramalc.org/) est un espace de convergence pour les collectifs de pays d’Amérique latine. Au cours des quatre dernières années, RAMALC a concentré ses efforts sur la production de contenus critiquant le (http://ramalc.org/revista-rompiendo...) militarisme dans la région dans son magazine Rompiendo Filas. (http://ramalc.org/revista- rompiend...), ainsi que dans le développement de réunions latino-américaines sur la démilitarisation, axées sur la formation à l’action directe non-violente et la problématisation de la militarisation dans la région.

De la même manière, depuis plus de 20 ans, des organisations d’objecteurs de conscience et d’antimilitaristes en Colombie ont apporté d’importants changements, reflétés dans la constitution, ainsi que dans les débats et les lois en vigueur en Colombie. La solidarité et la coordination internationale pour le renforcement des processus antimilitaristes et le développement du droit à l’objection de conscience ont été stratégiques et efficaces. Des organisations colombiennes ont pris contact avec l’Internationale des résistants à la guerre (WRI) pour renforcer leur capacité à défendre les droits des jeunes en situation de recrutement et la nécessité de parler d’objection de conscience, d’antimilitarisme et d’action directe non-violente.

Motivation

Suite à la signature des accords de paix entre le gouvernement colombien et les Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC – Forces armées révolutionnaires de Colombie) en juin 2016, la Colombie se voit offrir la possibilité de s’interroger sur les différentes formes de militarisation se déroulant dans le pays et sur leur lien avec les différentes formes de violence et d’exclusion auxquelles les Colombiens sont confrontés. Nous avons également la possibilité d’examiner les expériences de résistance qui ont été réduites au silence au milieu du conflit armé interne et qui ont impliqué différents acteurs armés légaux et illégaux. Un grand nombre de ces groupes se sont réorganisés et constituent désormais un défi majeur pour l’accord de paix signé entre le gouvernement national et les ex-guérillas des FARC, qui sont maintenant un parti politique établi.

Un nouveau gouvernement de droite est arrivé au pouvoir en mai 2018, représentant les secteurs social et politique ayant résisté à une solution négociée du conflit armé et représentant un défi, notamment une recrudescence de la persécution politique des dirigeants de la société civile et des organisations défendant le conflit. droits de leurs communautés et de leurs territoires.

Cependant, loin d’être une situation particulière à la Colombie, cette situation reflète ce qui se passe dans de nombreux autres pays d’Amérique latine et du monde entier. L’avancée de gouvernements belliqueux, les politiques déguisées en discours de paix, l’extraction de ressources qui affecte les communautés locales et l’environnement, les investissements considérables dans les armées et les armes, ainsi que le recrutement et la militarisation des jeunes, sont autant d’expressions de la militarisation croissante des vies, des corps et des territoires dans de nombreux endroits du monde.

Buts

L’antimilitarisme en mouvement vise à rassembler les expériences de résistance nonviolente et antimilitariste du monde entier, à permettre une réflexion critique sur les formes de militarisation de la vie, des corps et des territoires, à mettre en valeur la diversité des propositions et des alternatives sociales et à créer un espace. pour développer des actions locales et globales pour la construction d’une paix juste, diverse et durable.

Objectifs spécifiques

• Approfondir la compréhension des différentes formes de militarisation et de militarisme dans le monde, leurs causes et leurs justifications (environnement,modèle socio-économique et culturel, frontières, genre) et identifier différentes méthodes pour remettre en question ces différentes formes de militarisme.

• Échangez des expériences d’antimilitarisme, de non-violence et d’objection de conscience à la guerre dans des contextes de violence et d’exclusion socio-politique, explorez les leçons et les défis de la militarisation croissante et développez des moyens de résister et de reconstruire le tissu social.

• Renforcer la capacité de plaidoyer politique des processus de résistance, des mouvements antimilitaristes et de la non-violence, en plaçant leur voix et leurs propositions dans des scénarios multi-acteurs et multi-niveaux.

• Renforcer nos réseaux internationaux, établir des relations plus solides entre les membres et amis de WRI, RAMALC, etc. Développer des campagnes et des projets pour le réseau WRI. Influencer la direction des différents programmes de travail que WRI exécutera dans les années à venir.

Contact : https://www.wri-irg.org/en/antimili...