logo article ou rubrique
Un nouveau concordat ?

par K.S.

En août dernier, déjà, plusieurs organisations, dont l’UFAL, donnaient l’alerte au sujet du projet du gouvernement souhaitant « favoriser la formation d’un " Islam de France ", qui serait l’interlocuteur unique des Pouvoirs publics. ». Le communiqué de l’UFAL le rappelait : « Un " Islam de France " n’a pas plus de raison d’être qu’un " christianisme de France " : ce "gallicanisme" n’a pas sa place depuis 1905 dans notre République. ». (Voir sur Penser libre l’article précédent « Toujours la tentation du concordat... » http://penselibre.org/spip.php?arti...).

Les encouragements du gouvernement ont été suivis d’effet :

« La Fondation de l’Islam de France et la Ligue Islamique Mondiale organisaient, le 17 septembre 2019, une Conférence internationale pour la paix et la solidarité. Pour la première fois, la plus haute instance musulmane laïque de France et la plus haute instance musulmane mondiale, invitaient les responsables français juifs, chrétiens et musulmans à travailler ensemble à la coopération interreligieuse, à la défense des valeurs citoyennes, à la paix entre les nations et à la solidarité entre les hommes.

Un événement historique qui a rassemblé plus de 500 personnes désireuses, malgré les préjugés et le contexte douloureux des événements engendrés par l’obscurantisme et l’ignorance, de faire de leur foi un vecteur de paix, d’amour, de solidarité, et de citoyenneté responsable. » (Source : https://paix-et-solidarite.org/).

Comme d’habitude, dans le projet affiché des religieux à travailler à la paix, les athées et agnostiques ne sont pas invités.

Pour le reste, les internautes pourront utilement se documenter en visitant le site de l’UFAL et particulièrement l’article de Charles Arambourou du 16 septembre 2019 « C’est confirmé : l’Islam de France d’Emmanuel Macron ouvre un boulevard aux extrémistes » (https://www.ufal.org/laicite/cest-c...) qui confirme les craintes décidément fondées, hélas, sur un retour à une forme de concordat, contraire dans son principe même à la Loi de Séparation des Églises et de l’État et plus globalement à l’esprit de la laïcité. L’ensemble de l’article constitue un très riche dossier sur la question de l’islam en France – et ailleurs dans le monde -.

Quitte à nous répéter, n’oublions pas l’aberration du maintien du régime concordataire en Alsace-Lorraine !