André Bernard : A nulle autre pareille...

par K.S.

André Bernard : A nulle autre pareille pourrait être la révolution à venir - Chroniques (2016-2019)

 [1]

Dans cette dernière publication, André Bernard a réuni des chroniques diffusées sur Achaïra, l’émission anarchiste sur la Clé des ondes à Bordeaux, ainsi que divers articles publiés, çà et là, dans la presse libertaire.

Ces textes nous parlent, bien sûr, d’anarchie. Mais aussi – et surtout ? – de la désobéissance civile, et de la non-violence, intrinsèquement liée à l’anarchie, dans ses versions pratiques tout autant que théoriques, des expériences de terrain, du refus vécu de la guerre. Et des pistes de réflexion toujours hors des sentiers battus et des images d’Epinal. Et de quelques beaux livres qu’on a aussitôt envie de lire. Et de quelques personnages remarquables par leur engagement et la sincérité de leurs convictions, certains bien connus, par exemple Louise Michel, Gustav Landauer, d’autre beaucoup moins, tel Charles Demby (« Un ouvrier noir pugnace et tranquille »).

J’ai été particulièrement touchée par ces quelques lignes (in « Le Boycott » page 30) :

« Un aspect du boycott que, d’ordinaire, on néglige, c’est l’importance donnée à l’individu. En effet, dans l’action du boycott, l’individu ne s’efface pas derrière un collectif ou derrière une organisation ; d’une certaine façon, il s’en affranchit ; pour autant, il est de la plus grande évidence que le succès d’un boycott dépend de son articulation avec le collectif car on ne réussit pas seul ; néanmoins, dans un boycott, chacun s’engage selon ses possibilités, selon ses forces, et choisit sa façon propre de s’impliquer.
Dans la large panoplie de la désobéissance civile, le boycott est un outil que l’on associe le plus souvent à la non-violence. Il repose sur le refus. Si nous ne savons pas toujours ce qu’il faut faire, nous portons presque toujours en nous la certitude de ce qu’il ne faut pas faire, qu’il y a des limites que l’on ne peut franchir, autrement dit : l’individu recherche, plus ou moins consciemment, une cohérence dans sa vie. »

Et comme à chaque fois, on ne s’ennuie pas, car il y a ce mélange d’humour et de sérieux qui concourt à la qualité des sujets traités (table des matières ci-dessous).

SKS

Éloge de la fuite
"Tibet. La non-violence dans l’impasse"
L’avenir de nos enfants
Lyon, au coeur libertaire
... et les "grêveuses" magnifiques
Le boycott
La bureaucratie : une violence structurelle
D’anachronisme en oxymore
Notre nature animale
Espérer en quelques endroit
Indios sans roi
Croire tue !
Le pouvoir du peuple
L’être humain : un animal d’exception
L’entraide, un principe du vivant
Benjamin Péret, poète surréaliste
Un ouvrier noir pugnace et tranquille
Solidaires et désobéissants
Témoignages de refuzniks
Liberté, égalité... solidarité !
Le socialisme sauvage
Être syndicaliste aujourd’hui
Georges Las Vergnas : Un témoignage de gratitude
L’anarchiste chrétien de Tolstoï
Ordre social vs harmonie anarchique
Kate Austin
Louise Michel, une "artiste libertaire"
Le municipalisme libertaire
L’antimilitarisme en débat
À propos de l’expression "anarchisme sans dogmes"
Un peu plus que du savoir-vivre (Vécu de près ou de pas très loin ; Éloge de la cohérence)
À la guerre, faut pas y aller ! Non !
Une goutte d’essence a suffi... La goutte de trop
Autogestion de la vie quotidienne
L’associationnisme
Gustav Landauer, un précurseur
Faisons reverdir le Rojava !
Le choix palestinien de la non-violence