La "Lutte contre le dénigrement des religions"

mercredi 10 décembre 2008
par  K.S.
popularité : 4%

Les Nations Unies, réunies en assemblée générale pour leur soixante-troisième session, viennent de pondre un long projet de résolution [1] daté du 12 novembre 2008 et intitulé « Lutte contre le dénigrement des religions ».

L’Assemblée se dit profondément «  alarmée par la recrudescence de la discrimination fondée sur la religion et la conviction, notamment du fait de certaines politiques, lois et mesures administratives nationales qui stigmatisent des groupes de personnes adhérant à certaines religions ou croyances sous divers prétextes liés à la sécurité et à l’immigration clandestine, légitimant ainsi la discrimination à leur égard, faisant obstacle à l’exercice de leur liberté de pensée, de conscience et de religion et les empêchant d’observer, de pratiquer et de manifester librement leur religion sans craindre la répression, la violence ou des représailles ».

Elle souligne que « le dénigrement des religions constitue une grave atteinte à la dignité humaine qui conduit à restreindre illégalement la liberté de religion des fidèles et à encourager la haine et la violence religieuses » notant particulièrement les atteintes concernant « en particulier les minorités musulmanes depuis les événements du 11 septembre 2001 ».

3un juste équilibre entre la défense de la laïcité et le respect de la liberté de religion...3

Un peu plus loin, l’Assemblée demande « à nouveau à tous les États de combattre systématiquement l’incitation à la haine raciale et religieuse en maintenant un juste équilibre entre la défense de la laïcité et le respect de la liberté de religion et en reconnaissant et respectant la complémentarité de toutes les libertés énoncées dans les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme, y compris dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ».

3terrorisme et islam ne sont pas synonymes3

Elle se déclare « profondément préoccupée à cet égard par le fait que l’islam
est souvent et faussement associé aux violations des droits de l’homme et au terrorisme
 » et fait remarquer que «  le terrorisme ne saurait ni ne devrait être associé à une religion, une nationalité, une civilisation ou une origine ethnique donnée ».

3une liberté d’expression strictement encadrée ?3

[(Elle insiste « sur le droit de chacun, consacré par les normes internationales
relatives aux droits de l’homme, à la liberté d’opinion sans restriction et à la liberté d’expression, dont l’exercice s’accompagne de responsabilités et de devoirs particuliers et peut faire l’objet de restrictions prescrites par la loi et exigées par le respect des droits ou de la réputation d’autrui, la sécurité nationale et l’ordre public, la santé ou la morale publique
 » et continue en précisant que « l’interdiction de la diffusion de toute idée fondée sur la supériorité ou la haine raciale était compatible avec le droit à la liberté d’opinion et d’expression » et devait s’appliquer « également à la question de l’incitation à la haine religieuse ».)]

Enfin, souhaitant promouvoir « la compréhension de l’universalité des droits de l’homme », elle « engage vivement tous les États à assurer à tous, en droit et dans la pratique, l’égalité d’accès à l’éducation, notamment l’accès de tous les enfants, filles et garçons, à l’enseignement primaire gratuit, et l’accès des adultes à l’éducation et à la formation permanentes fondées sur le respect des droits de l’homme, de la diversité et de la tolérance, sans discrimination aucune, et à s’abstenir de toutes mesures juridiques ou autres entraînant une ségrégation raciale dans l’accès à la scolarisation ».

Tout cela est bien beau, mais…

D’abord, remarquons qu’à aucun moment il ne semble prévu de pouvoir être sans religion. A moins que l’athéisme, l’agnosticisme soient sous-entendus dans le terme « convictions » ?

Ensuite, lorsque les religions vont délibérément à l’encontre de la laïcité, quelle conciliation envisager ?

[*La susceptibilité des croyants de toute obédience étant bien connue, les critiques, plaisanteries, caricatures, et autres irrévérences exprimées à l’encontre de telle ou telle religion peuvent dès lors être assimilées à un dénigrement.*]

Le problème est donc sérieux.

Il concerne tous les libres penseurs, athées ou non, et tous les amoureux de la liberté d’expression. On peut craindre l’instauration d’un nouveau délit de blasphème, alors que la position laïque permet le débat et la critique des croyances, tout en respectant la personne des croyants eux-mêmes.

Quant au joli couplet sur l’éducation des filles comme des garçons, il semble qu’il y ait encore du chemin à faire dans un certain nombre de pays islamistes (je n’ai pas dit musulmans).

3le petit bout de la lorgnette 3

Sur le fond même de cette question du dénigrement des religions, on peut s’alarmer de voir les Nations Unies considérer ce fait comme une cause plutôt qu’une conséquence des haines qui divisent les populations. Les guerres inter-religieuses sont légion : musulmans contre musulmans, chrétiens contre chrétiens, aujourd’hui comme dans le passé. Ce qui amène les conflits destructeurs, ce sont, pour citer les titres de deux livres d’un très grand intérêt [2] : « Les identités meurtrières [3] » et « Les religions meurtrières [4] ». Détruire l’autre parce qu’il prie une autre divinité, ou la même mais de façon différente, ou parce qu’il ne prie pas… Ou/et, encore, parce que sa peau, ses yeux, ses cheveux sont d’une autre couleur, parce qu’il parle une autre langue, qu’il vient d’un autre pays, etc. Détruire l’autre, aussi, parce qu’on veut ses terres pour y faire du profit…

Tout de même, je voudrais qu’on m’explique…

[*Si les droits de l’homme sont universels - c’est ce qui est dit dans le projet de résolution - alors comment les Nations Unies peuvent-elles défendre des religions qui nient délibérément les droits de la moitié de l’humanité : les femmes, et fermer les yeux sur les mesures discriminatoires qui leur sont appliquées, les crimes et les tortures dont elles sont victimes dans divers Etats, au nom du respect de telle ou telle religion. *]

Oui, il faut lutter de par le monde contre les diverses formes de haine et de discrimination, contre tous les actes de racisme et de xénophobie. Mais n’oublions pas que nombre de religions, en considérant qu’elles possèdent la seule vérité et que les autres doivent y souscrire ou se soumettre - voire disparaître – sont un facteur déterminant des conflits et des guerres qui ont ensanglanté tous les continents de notre planète durant des siècles... et cela continue !

S.K.S.


[1troisième commission

[2Les auteurs ne sont pas des athées...

[3Les identités meurtrières par Amin Maalouf, Ed. Le livre de poche. Grasset. 1998 (voir la rubrique « Notes de lecture)

[4Elie Barnavi : Les religions meurtrières Collection Café voltaire – Flammarion – 2006 (voir la rubrique « Notes de lecture)


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)