« L’antimilitarisme en Turquie », un livre et un nouveau document

par K.S.

Récemment, Penser libre invitait à soutenir l’objecteur de conscience, Murat Kızılay, qui risque l’extradition depuis la Hollande vers la Turquie [1].

Pour en savoir plus, il existe le livre très documenté d’ Aurélie Stern L’antimilitarisme en Turquie, paru le 1 octobre 2015. Présentation :

« Ce n’était pas seulement dans les casernes que les Turcs se voyaient inculquer le militarisme, c’était aussi sur les bancs des écoles où les professeurs enseignaient quelquefois en uniforme militaire. Il s’agissait, après le démantèlement de l’Empire ottoman, d’asseoir une culture - inspirée par Mustafa Kemal qui affirmait que " chaque Turc naît soldat " - et de construire une patrie nouvelle, républicaine et laïque où, bien entendu, la contestation du militarisme n’allait pas de soi. S’il ne naissait pas soldat, l’écolier le devenait malgré lui.

L’ouvrage d’Aurélie Stern nous décrit l’essor d’un antimilitarisme dans le contexte particulièrement complexe qui a accompagné la naissance de l’anarchisme dans ce pays ; un anarchisme différent de l’anarchisme occidental : ni rationaliste ni franchement hostile à la religion, ouvert au débat avec les musulmans et n’hésitant pas à se servir de notions et de termes coraniques…  »

Vient de paraître sur ce même sujet, le livret “L’objection de conscience en Turquie”, à découvrir en document joint ci-dessous. Voici le début de l’introduction :

« En Turquie, les premiers objecteurs de conscience ont déclaré publique ment leur refus au début des années 1990 : ils se sont levés contre la guerre, l’armée et le service militaire obligatoire. Au début, seuls quelques-uns ont décidé de rendre leur déclaration publique, comme Vedat Zencir, Tayfun Gönül ou Osman Murat Ülke. Depuis, il y a eu bien plus de 1 000 conscrits qui ont déclaré leur objection de conscience. En outre, des centaines de milliers de personnes ont échappé à la conscription par d’autres moyens, ou tout simplement se sont cachées (passés en clandestinité). Quelques centaines ont demandé l’asile à l’étranger en raison des menaces de persécution. Cette brochure est publiée 30 ans après les premières déclarations publiques des objections de conscience. Elle fait le point, décrit le travail de solidarité pour le mouvement de l’objection de conscience depuis en dehors de Turquie et donne la parole aux objecteurs de conscience, dont certains ont été actifs en Turquie pendant des années et sont maintenant en exil, avec un avenir incertain. Cette brochure est publiée le 15 mai 2021, Journée internationale de l’objection de conscience. Le même jour de nombreux autres événements, vidéos et actions permettront de faire entendre la voix des objecteurs de conscience de Turquie dans le monde entier. Pour en savoir plus, consultez le lien ci-dessous  : https://de.Connection-eV.org/KDV Ta.... »