Un Parc national territoire de chasse !

par K.S.

L’ASPAS [1], sur son site, signale la décision aberrante du dernier-né des parcs nationaux français, qui s’étend entre la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand Est, soit un territoire grand de 240 000 hectares, d’autoriser la chasse pour 37 espèces.

Or, ajoute l’ASPAS : « Qui dit Parc National implique logiquement protection forte de la nature… Néanmoins, plusieurs activités humaines avec incidence directe sur les milieux y sont autorisées, dont la chasse, la pêche et la coupe de bois !

Selon la définition officielle, « un parc national peut être créé à partir d’espaces terrestres ou maritimes, lorsque le milieu naturel, particulièrement la faune, la flore, le sol, le sous-sol, l’atmosphère et les eaux, les paysages et, le cas échéant, le patrimoine culturel qu’ils comportent présentent un intérêt spécial et qu’il importe d’en assurer la protection en les préservant des dégradations et des atteintes susceptibles d’en altérer la diversité, la composition, l’aspect et l’évolution  » (Article L331-1 du code de l’environnement).

En allant sur le site de ce Parc National, on y trouve en grand titre « Un territoire de chasse réputé - Une chasse nécessaire pour réguler les populations » [2]. Le tout suivi d’une véritable apologie de la chasse et d’une justification de l’action des chasseurs. Quid de la faune sauvage, de l’équilibre naturel à préserver ?

On en saura plus grâce à l’analyse de l’ASPAS (https://aspas-reserves-vie-sauvage...., qui conclut ainsi :
« Nous appelons à la création de nouvelles zones protégées sans aucune intervention humaine, autre que la balade immersive et respectueuse, à l’image de nos Réserves de Vie Sauvage® où la nature est laissée en libre évolution. Osons mieux que ce triste Parc national des forêts, visons 10% de territoire strictement protégé d’ici 2030 ! »

SKS