Condamnés au dialogue...
Article mis en ligne le 6 janvier 2009

par K.S.
logo imprimer

Dieu a fait son retour dans les sociétés européennes "grâce aux musulmans", selon le cardinal français Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

"Ce sont les musulmans qui, devenus en Europe une minorité importante, ont demandé de l’espace pour Dieu dans la société", a-t-il ajouté dans des extraits de son discours (prononcé à une date non précisée) publiés par l’Osservatore Romano.

Le prélat catholique, en charge des relations entre le Vatican et le monde musulman, a aussi souligné que le dialogue entre les religions est "un risque à courir".

"Nous sommes tous condamnés au dialogue", a-t-il dit. "Dans le dialogue interreligieux, je prends un risque, j’accepte non de renoncer à ma foi, mais de me laisser interpeller par les convictions des autres. J’accepte de prendre en considération les arguments différents des miens et de ceux de ma communauté".

Quelques jours auparavant, une brève lettre du pape Benoît XVI publiée en préface du livre du parlementaire de droite Marcello Pera "Pourquoi nous devons nous dire chrétiens" semblait mettre en doute la validité du dialogue interreligieux : "Vous expliquez avec une grande clarté qu’un dialogue interreligieux au sens strict du mot n’est pas possible, alors que le dialogue interculturel, approfondissant les conséquences culturelles de la décision religieuse de fond, s’avère particulièrement urgent."
(Source : AFP 27.11.2008)

« j’accepte non de renoncer à ma foi, mais de me laisser interpeller par les convictions des autres » : cette jolie formule du cardinal Tauran concerne-t-elle également les athées ?


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84