En Israël : Objecteurs de conscience et Anarchistes contre le mur

jeudi 29 janvier 2009
par  K.S.
popularité : 3%

Depuis des années, l’Union pacifiste de France et l’IRG (Internationale des Résistants à la Guerre) soutiennent les objecteurs de conscience de tous pays.

Ceux de Colombie, qui sont venus faire une tournée d’information en Europe (France et Espagne), ont fait l’objet de plusieurs articles. Signalons en particulier ceux des numéros 448 (avril 2007) et 460 (juin 2008) qui analysent en profondeur la situation politique et militaire en Colombie.

Ceux d’Israël (garçons et filles, comme en Colombie) sont régulièrement présents dans les appels à les soutenir lancés par l’UP dans son périodique.

Déjà, selon un article du Monde du 26 décembre 2001, depuis l’Intifada, plus de 300 jeunes gens avaient refusé de participer aux attaques sur les territoires palestiniens, un jeune soldat affirmant « L’existence d’Israël ne dépend pas de l’occupation. Au contraire. Le sionisme aujourd’hui, c’est de refuser de servir dans les territoires. » Avis que ne partagent évidemment pas les gouvernements successifs et l’armée.

Aujourd’hui, les objecteurs et objectrices sont régulièrement emprisonné(e)s et soutenus par l’IRG, ainsi Avichaï Vaknin, plusieurs fois incarcéré pour refus de porter les armes.
D’autre part, plusieurs jeunes femmes ont été condamnées (certaines d’entre elles étaient signataires de la lettre collective des étudiants refusant la guerre). Il s’agit de Sahar Vardi, Raz Bar-David, Mia Tamarin, Omer Goldman, et Tamar Katz, laquelle a déclaré :

« Je ne veux pas faire partie d’une armée d’occupation qui perpétue un régime raciste et le vol des terres, tyrannise les civils et rend la vie difficile pour des millions de personnes sous un faux prétexte de sécurité. » [1]

Pour sa part, Raz Bar-David affirme :

« Je ne suis pas née pour servir en tant que soldat d’occupation, et le combat contre l’occupation est le mien. C’est un combat pour l’espoir, pour une réalité qui semble parfois très loin. J’ai une responsabilité dans cette société. Ma responsabilité est de refuser. » [2]

L’IRG appelle à écrire au gouvernement et aux ambassades israéliens pour soutenir les objecteurs et objectrices.

Enfin, il faut saluer les actions du groupe israélien « Les anarchistes contre le mur » (AATW)

Fondé en 2003, les Anarchistes contre le Mur est un groupe très actif en Israël, avec une présence forte aux points chauds le long du Mur de séparation en Cisjordanie occupée. Au cours des années, plusieurs villages affectés par le Mur se sont révoltés et se sont structurés en comités locaux de résistance. Ce soulèvement populaire palestinien, impulsé et soutenu par les Anarchistes contre le Mur, a porté ses fruits. La construction du Mur a été ralentie dès 2004. C’est alors que le village de Bil’in et son comité populaire de résistance ont pris la relève, avec la présence de nombreux militants israéliens, des volontaires internationaux et la presse.
On pourra lire à ce sujet l’analyse de Jane Bernicat, publiée le 19 novembre 2007 sur Anarchisme et Non- Violence 2 http://anarchismenonviolence2.org/s....


[1Union pacifiste n° 464, novembre 2008

[2Union pacifiste n° 465, décembre 2008/janvier 2009


Brèves

20 juin - 20 juin : Journée mondiale des réfugiés.

Plus de 5000 personnes sont encore mortes noyées en 2016 en Méditerranée. La France, terre (...)

8 mai - Au mois de mai

En mai 1931, sortie à Paris du premier numéro du mensuel "La Grande Réforme" sous-titré : Organe (...)

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)