Sécurité intérieure

vendredi 19 juin 2009
par  K.S.
popularité : 7%

Sur son site web, Politis publie un article de Claude-Marie Vadrot intitulé « Comment faire taire les militants » daté du jeudi 11 juin 2009 [1].

On y apprend ceci : « La ministre de l’Intérieur, sur suggestion de l’Élysée et de quelques parlementaires, prépare en secret un arrêté fondé sur un projet de loi signé du Premier ministre et du ministre de la Défense, prêt depuis le mois d’octobre 2008. »

Il s’agit de réorganiser et de redéfinir tout ce qui touche à la sécurité intérieure (loi 1216 de programmation militaire pour 2009-2014). Tout ce qui mettrait en cause « les intérêts de l’État » pourrait alors faire l’objet de poursuites, notamment ce qui concerne les centrales, les transports nucléaires et le stockage des déchets, mais aussi ce qui touche aux installations industrielles et aux stockages classés « Seveso ».

En fait, le champ des activités sur lesquelles pourrait s’exercer ce décret n’a pas de véritable limite car, ainsi que le précise l’article :

« Dans l’exposé des motifs de la loi, on trouve en effet ce paragraphe : « Les attributions, déjà codifiées, des ministres de la Défense, de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de l’Économie et du Budget sont redéfinies en fonction des différentes politiques qui entrent dans leur champ de compétence et concourent à la stratégie de sécurité nationale. Au-delà de ces modifications, et dans le prolongement des orientations du Livre blanc, des attributions particulières en matière de sécurité nationale du ministre de la justice et des ministres chargés de la Santé, de l’Environnement, des Transports, de l’Énergie et de l’Industrie sont codifiées. »

Les autorités décidant seules de cette codification, toutes les actions et informations liées à l’environnement et aux infrastructures seraient classées « Sécurité nationale » et resteraient secrètes. Déjà, de nombreux élus, lassés des remises en cause de permis de construire ou de tracés de routes pour abus de pouvoir et non-respect des règles d’enquête publiques, demandent une loi interdisant les « recours abusifs ».

[*Contestation écologique et recours administratifs intentés pas des citoyens deviendraient ainsi une atteinte à la sécurité nationale. Appelons les choses par leur nom, et parlons de sécurité intérieure. En effet, depuis quelques années, se fait jour de plus en plus clairement une répression préventive de « l’ennemi intérieur ». Cette loi, si elle passait, s’inscrirait parfaitement dans ce schéma.*]

S.K.S.



Brèves

8 mai - Au mois de mai

En mai 1931, sortie à Paris du premier numéro du mensuel "La Grande Réforme" sous-titré : Organe (...)

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)

2 juillet 2016 - Les vidéos du colloque ’Animal politique’

Le 2 juin 2016 à l’Assemblée Nationale, le Colloque ’Animal politique’ a été organisé par 27 (...)