La java des bombes atomiques
Chanson de Boris Vian

par K.S.

Cette chanson de 1955 fut publiée le 13 juin de la même année en première page du Canard Enchaîné.

[|

La java des bombes atomiques

|]

[| I |]

Mon oncle un fameux ’bricoleur /
Faisait en amateur /
Des bombes atomiques /
Sans avoir jamais rien appris /
C’était un vrai génie /
Question travaux pratiques /
Il s’enfermait tout’ la journée /
Au fond d’son atelier /
Pour fair’ ses expériences /
Et le soir il rentrait chez nous /
Et nous mettait en transe /
En nous racontant tout.

Pour fabriquer une bombe " A " /
Mes enfants croyez-moi /
C’est vraiment de la tarte /
La question du détonateur /
S’résout en un quart d’heur’ /
C’est de cell’s qu’on écarte /
En c’qui concerne la bombe " H " /
C’est pas beaucoup plus vache /
Mais un’ chos’ me tourmente /
C’est qu’cell’ de ma fabrication /
N’ont qu’un rayon d’action /
De trois mètres cinquante /
Y a quéqu’ chos’ qui cloch’ là-d’dans /
J’y retoum’ immédiat’ment.

[| II |]

Il a bossé pendant des jours /
Tâchant avec amour /
D’améliorer l’modèle /
Quand il déjeunait avec nous /
Il dévorait d’un coup /
Sa soup’ au vermicelle /
On voyait à son air féroce /
Qu’il tombait sur un os /
Mais on n’osait rien dire /
Et puis un soir pendant l’repas /
V’la tonton qui soupire /
Et qui s’écrie comm’ça :

A mesur’ que je deviens vieux /
Je m’en aperçois mieux /
J’ai le cerveau qui flanche /
Soyons sérieux disons le mot /
C’est mêm’plus un cerveau /
C’est comm’ de la sauce blanche /
Voilà des mois et des années /
Que j’essaye d’augmenter /
La portée de ma bombe /
Et je n’mesuis pas rendu compte /
Que la seul’chos’ qui compte /
C’est l’endroit où c’qu’elle tombe /
J’y retourn’ immédiatement.

[| III |]

Sachant proche le résultat /
Tous les grands chefs d’Etat /
Lui ont rendu visite /
Il les reçut et s’excusa /
De ce que sa cagna /
Etait aussi petite /
Mais sitôt qu’ils sont tous entrés /
Il les a enfermés /
En disant soyez sages /
Et quand la bombe a explosé /
Il n’en est plus rien resté :

Tonton devant ce résultat /
Ne se dégonfla pas /
Et joua les andouilles /
Au tribunal on l’a traîné /
Et devant les jurés /
Le voilà qui bafouille /
Messieurs c’est un hasard affreux /
Mais je jur’ devant Dieu /
En mon âme et conscience /
Qu’en détruisant tous ces tordus /
Je suis bien convaincu /
D’avoir servi la France

On était dans l’embarras /
Alors on le condamna /
Et puis on l’amnistia /
Et l’pays reconnaissant /
L’élut immédiatement /
Chef du gouvernement.


Dans la même rubrique

0 | 5

Petit Papa Noël
le 21 décembre 2018
par K.S.
L’Homme et la Couleuvre
le 18 décembre 2018
par K.S.
En ces temps de commémoration : un poème d’Eugène Bizeau
le 10 novembre 2018
par K.S.
La Visite
le 17 décembre 2017
par K.S.
La Ballade des gens qui sont nés quelque part
le 17 décembre 2017
par K.S.