"Vous n’aurez pas Camus !"

mercredi 29 juillet 2009
par  K.S.
popularité : 4%

C’est ainsi que se termine « Albert Camus passé au savon de Marseille »,
l’article vengeur de Jean-Pierre Barou [1] dans LibéMarseille du 10 juillet 2009 (http://www.libemarseille.fr/henry/2...).

En effet, Jean-Claude Gaudin, le maire UMP de Marseille devrait l’annoncer en septembre prochain, Albert Camus deviendra la « figure tutélaire » de la future capitale européenne 2013.

Nous l’apprenons donc :

« Sa pièce Les Justes va devenir un opéra ; une autre, L’État de siège, échec retentissant à sa création en 1948, sera rejouée et L’Etranger se muera en ballet ; une exposition lui sera consacrée au musée Granet d’Aix-en-Provence ; un colloque dira tout sur la « passion humaniste » de l’écrivain, « sa lutte contre les totalitarismes.

Même le foot sera là : la « coupe Albert Camus » - il aimait taper le ballon - sera remise par le footballeur le plus aimé des Français, Zidane. »

Cela fait du bien de lire cet article qui gronde contre une nouvelle trahison de l’écrivain. Déjà rejeté par la « gauche » influencée par Sartre, le voici récupéré par la droite, Sarkozy en tête.

Jean-Pierre Barou rappelle fort opportunément, à la fois les convictions libertaires de Camus, et la parution du livre de Lou Marin Albert Camus et les libertaires (1948-1960), écrits rassemblés et présentés par Lou Marin [2].

Voici des extraits de cet excellent article :

"Depuis longtemps déjà, on bâillonne la vérité : Camus avait les anars dans la peau.
Ce sale boulot - renier cette constante de toute une vie - la gauche l’avait commencé : « La gauche n’a jamais aimé Camus », martèle Catherine
 [3],et la droite pourrait l’achever, en 2013".

[…] "Evidemment, on voyait mal les fonctionnaires marseillais exalter l’anarchisme de Camus. Son antitotalitarisme, oui - n’est-ce pas sur cet autel que furent célébrées les noces incestueuses de Sarkozy et de l’ancien mao Glucksmann ?
Oui mais… Camus et ses camarades libertaires dénonçaient tous les totalitarismes, ils plaçaient sur un même plan les « tyrannies » et les « démocraties d’argent.
Comme le slogan « gagner plus » l’eût écœuré !

Dans La Révolution prolétarienne, il déclarait : « La société de l’argent et de l’exploitation n’a jamais été chargée, que je sache, de faire régner la liberté et la justice. »

Et si, comme d’autres libertaires, il trouva in fine en Gandhi la solution à son anxiété : la violence est-elle évitable ? Il n’en est que plus gênant.

Dès 1949, il refusa « toute légitimation à la violence ».
Autrement dit, ce droit d’ingérence, si cher à un autre transfuge, Kouchner, l’eût trouvé en désaccord ; c’est une légitimation de la violence des pouvoirs, violence armée qui ne fait qu’entretenir, perpétuer le terrorisme - alors que la non-violence s’est « révélée en maints cas très efficace » affirmait Camus.
« Nous sommes en présence d’un des rares écrivains qui n’acceptent pas de se laisser corrompre », déclarait, en 1958, Lazarévitch, un anarchiste russe.

Et si on essaye aujourd’hui de faire de l’écrivain le plus lu des Français le serviteur d’une politique qu’il eût méprisé, il nous avait prévenus : « Les gouvernements, par définition, n’ont pas de conscience. »
Il ne s’en est jamais caché : « Le monde où je vis me répugne, mais je me sens solidaire des hommes qui souffrent. »
Aujourd’hui, il eût rejoint un Julien Coupat, sa douceur rebelle : « Je suis comme un soldat qui ne porte pas d’uniforme, qui a choisi de ne pas combattre mais qui se bat toute la nuit pour d’autres causes. »

L’aurore méditerranéenne les rassemble : « La démesure est un confort, toujours, et une carrière parfois. La mesure, au contraire, est une pure tension. Elle sourit sans doute et nos convulsionnaires, voués à de laborieuses apocalypses, l’en méprisent. »

Vous n’aurez pas Camus !  »

On trouvera en documents joints le texte original de cet article, ainsi que celui d’un autre du même auteur, intitulé Sarkozy, Camus et le travail.

SKS


[1Ecrivain, ami de Sartre, Jean Pierre Barou fut membre actif de la gauche prolétarienne et participa à la création du journal Libération. Il se consacre depuis à la défense des sociétés dites primitives ou extra-occidentales.

[2Égrégores éditions, 2008

[3Fille d’Albert Camus


Documents joints

Sarkozy, Camus et le travail
Albert Camus passé au savon de Marseille

Brèves

20 juin - 20 juin : Journée mondiale des réfugiés.

Plus de 5000 personnes sont encore mortes noyées en 2016 en Méditerranée. La France, terre (...)

8 mai - Au mois de mai

En mai 1931, sortie à Paris du premier numéro du mensuel "La Grande Réforme" sous-titré : Organe (...)

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)