A propos du "pôle religions"

samedi 22 août 2009
par  K.S.
popularité : 6%

Le 1er juin dernier, à l’initiative du ministre Bernard Kouchner, un pôle religions a été créé au sein de la direction de la prospective du ministère français des affaires étrangères.

Il s’agirait, toujours selon B. Kouchner, d’une nécessaire modernisation des mentalités en lien avec la mondialisation, avec une prise en compte des paramètres religieux : "On a intégré la démographie, l’écologie et les pandémies à la réflexion stratégique, pourquoi pas les religions ? Toutes les guerres que j’ai connues comportaient à des degrés divers des histoires de religion" [1].
Voilà qu’en haut lieu on évoque enfin la dimension guerrière des religions : encore un effort, monsieur le ministre, pour devenir vraiment laïque !

Le responsable du nouveau pôle, Joseph Maïla, est un spécialiste de l’islam et de la sociologie des conflits, et par ailleurs fondateur de l’Institut de formation à la médiation et à la négociation. Ses propos ont le mérite de la clarté : "Dans certains pays, faire de la politique, c’est parler religion, et inversement. On ne peut pas l’ignorer"… "Comment faire de la médiation dans un conflit si on ne connaît pas la différence entre chiisme et sunnisme, entre un grec-orthodoxe et un maronite ?"... "Certains conflits sont résolus par un accommodement entre communautés religieuses"

Mais rassurons nous : "La finalité du pôle demeure politique et diplomatique, et la diplomatie reste régulée par des valeurs laïques." [2].

Au cas où persisteraient quelques doutes sur l’évolution de la république française menée par son sémillant président, remarquons le satisfecit du Vatican :
Par la voix de L’Osservatore romano, et de l’agence Zenith, le Saint-Siège loue la décision du ministère des Affaires étrangères : " l’objectif principal du Quai d’Orsay est de sensibiliser les diplomates de la nouvelle génération aux questions religieuses et d’apporter une réflexion sur les grands mouvements religieux dans le monde et sur leurs éventuelles implications politiques".
Pour le Vatican, la création de ce "pôle religions" est à rapprocher du discours sur la "laïcité positive" prononcé par Nicolas Sarkozy le 20 décembre 2007 à Saint-Jean de Latran : "une laïcité qui, tout en veillant à la liberté de penser, à celle de croire et de ne pas croire, ne considère pas que les religions sont un danger, mais plutôt un atout ".
 [3]

Continuons donc à l’affirmer haut et fort : la laïcité n’est pas spécifique à la France et, a contrario, l’actualité internationale le montre avec constance - comme B. Kouchner le reconnaît lui-même « Toutes les guerres que j’ai connues comportaient à des degrés divers des histoires de religion » -, les communautarismes et les religions apportent leur lot quotidien de catastrophes humaines, de conflits sanglants, de destructions, et d’asservissement des femmes.

Contrairement à ce qu’énoncent les lobbies religieux et les partisans d’une « laïcité positive », la laïcité n’implique nullement une méconnaissance du « fait religieux » mais une volonté de séparer le domaine de la croyance – restant dans la sphère privée – et celui du politique au sens de l’organisation de la « cité ».

On pourrait objecter qu’il ne s’agit que d’une prise en compte de plus du « fait religieux ». Malheureusement, sous le couvert de cette « prise en compte » se font jour diverses atteintes au principe même de la séparation des Eglises et de l’Etat :

Ainsi, Le Conseil français du culte musulman (CFCM), association régie par la loi de 1901 destinée à représenter les musulmans de France créé en 2003 avec le soutien officiel du ministre de l’intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy.

Ainsi, l’accord passé tout récemment [4] avec le Vatican aboutissant à une reconnaissance de diplômes passés sous le contrôle exclusif de religieux.

Ceci pour ne citer que les faits les plus criants, mais les atteintes à la laïcité sont innombrables. D’abord venues de l’Eglise catholique qui ne put jamais se résoudre au retrait de son pouvoir institutionnel en France, puis des musulmans pour lesquels il ne peut y avoir de séparation entre le spirituel et le temporel [5].

Sans oublier la persistance du régime de concordat en Alsace-Lorraine.

Nous sommes dans un monde en crise. « Après l’effondrement des idéologies marxistes, souvent combinées avec les logiques tiers-mondistes, le discours devient clairement théocratique : au nom d’un dieu, d’une religion, d’un livre saint, on envisage désormais la reconquête d’un monde nihiliste. Le fantasme d’une théologie politique est en passe d’occuper planétairement le devant de la scène. » dit Michel Onfray [6]
Prenons garde à protéger de notre mieux un espace de liberté si chèrement conquis.

SKS


[1cité par Stéphanie Le Bars dans un article paru dans l’édition du 26.07.09 sur le site du Monde (http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/07/25/bernard-kouchner-cree-un-pole-religions-au-quai-d-orsay-une-premiere-en-france_1222690_3224.html)

[2cité par Stéphanie Le Bars, source indiquée plus haut

[4voir l’article Une nouvelle atteinte à la laïcité (suite)
Quand le prêtre formera l’instituteur http://penselibre.org/ecrire/?exec=...

[5voir article Sur Arte, le mardi 9 décembre dernier, soirée thématique
"Dieu : de quoi j’me mêle !"
deux documentaires et un débat.
http://penselibre.org/spip.php?arti...voir aussi le Livre noir des atteintes à la laïcité

[6Michel Onfray, interview publiée dans ‘Marianne] du 15 au 21 août 2009


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)