A la place du CO2, vive les becquerels !

mercredi 21 octobre 2009
par  K.S.
popularité : 4%

Ces dernières semaines, le nucléaire et ses encombrants déchets ont fait parler :

Le 22 septembre dernier, près de 200 invités assistaient au 40ème anniversaire du Centre de Stockage de déchets nucléaires de la Manche (CSM) organisé par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra). Jolie fête, pour dire que tout va bien, que les centrales nucléaires ne rejettent pas de CO2 et pourront ainsi retarder le réchauffement climatique, et surtout ne cherchez pas à en savoir plus. Car le secret reste la règle de tout ce qui touche au nucléaire. Secret justifié selon les politiques, les militaires, les industriels, par la question de la sécurité. Sécurité et secret qui sont au centre d’un documentaire d’Arte intitulé « Déchets, le cauchemar du nucléaire » diffusé le 13 octobre [1].

Et, tout récemment, les 22 kilos d’uranium excédentaires découverts à Cadarache, viennent à point nommé relancer, s’il en était besoin, ce dossier explosif… (sans mauvais jeu de mots).

Car des déchets nucléaires peuvent être à l’origine d’une explosion, et donc d’un accident gravissime.

C’est ce que relate, entre autres faits alarmants, l’enquête présentée dans le documentaire d’Arte :

En 1957, à Maïak, en Russie, un très grave accident nucléaire s’est ainsi produit, suite à une panne du système de refroidissement de cuves de déchets radioactifs enterrées. L’explosion a projeté dans l’atmosphère environ la moitié des quantités rejetées à Tchernobyl. Résultat : au moins 200 décès, 10 000 personnes évacuées et 470 000 exposées aux radiations. Aujourd’hui, la zone est interdite. «  Mais la campagne est peuplée. Les hommes pêchent, les femmes lavent le linge avec l’eau de la rivière, les enfants arrosent le potager avec... du strontium, du césium, du tritium. Tout près, le lac Karatchaï est l’endroit le plus contaminé de la planète. Enfin, après Hanford, après Tchernobyl. Des sites qui le resteront des milliers d’années. Et menaceront des centaines de générations. » [2].

Cet accident a été caché non seulement par les autorités de l’URSS mais aussi par la CIA et par toutes les industries nucléaires.

Hanford (USA) : Là aussi, la question des déchets a été considérée avec désinvolture. Pour mémoire, le plutonium produit sur le site d’Hanford a servi à la bombe qui fut lancée sur Nagasaki.

L’eau de refroidissement des tours provenant de la rivière Columbia y a été tout simplement rejetée, sans bien évidemment en informer les habitants. Actuellement, le lit de la rivière contient une pellicule de sédiments radioactifs impossible à récupérer et qui continue de contaminer l’environnement.

En France, seuls les rejets en mer depuis des bateaux ayant été interdits, le site de retraitement de La Hague, de même type que celui de Maïak, géré par la CEGEMA, envoie en toute légalité ses rejets directement dans la Manche, et arrose l’ensemble de l’Europe de césium et de cobalt car les particules se répandent sur des milliers de kilomètres.

Autre dossier brûlant : l’acheminement de déchets pour retraitement depuis la France jusqu’à Tomsk en Russie, où l’on découvre, via des images par satellites, des fûts certes entourés de clôtures mais à l’air libre…

Après avoir coulé les déchets dans la mer, devenue ainsi la plus grande poubelle du monde, la « solution » choisie est de les enfouir profondément. Mais le stockage sera-t-il assez sûr pour garantir la sécurité des générations à venir, s’il y a oubli du lieu et des conditions de confinement de particules actives au moins 200 000 ans ?

L’avenir est hypothéqué, les populations traitées en cobayes, l’environnement pollué.
Pourquoi ? Ainsi que le fait remarquer Laure Noualhat, le nucléaire est « un État dans l’État. Un système opaque, pas vraiment démocratique. Le nucléaire est l’État. La classe politique n’a aucune idée des concepts qu’elle manipule. » [3]

SKS


[1Documentaire présenté par « Bonne pioche », et réalisé par Laure Noualhat et Eric Guéret


Brèves

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)

2 juillet 2016 - Les vidéos du colloque ’Animal politique’

Le 2 juin 2016 à l’Assemblée Nationale, le Colloque ’Animal politique’ a été organisé par 27 (...)

14 juin 2016 - Appel d’Amnesty

Jeux olympiques, coupe du monde et violences policières – voir : http://info.amnesty.be/adserver2/co..