Joseph Stiglitz : « La Grande Désillusion »

mardi 17 novembre 2009
par  Michelle
popularité : 3%

« La Grande Désillusion » de Joseph Stiglitz,
Prix Nobel d’économie !

« En 1993 , j’ai quitté l’université, l’enseignement et la recherche pour le Council of Economic Advisers (CEA). Auprès du Président Bill Clinton, j’étais un des conseillers en matière économique des institutions du pouvoir exécutif américain. Cette aventure’’ dans le monde des décideurs allait durer sept années en comptant celles passées à La Banque Mondiale comme vice-président et économiste en chef. »

Les 322 pages de l’ouvrage la Grande désillusion sera le recueil de ce qu’il a vu et jugé de très près !

Cette carte postale nous met dans le bain de La Banque Mondiale et du FMI :

« Ce qui a retenu mon regard dès mon entrée dans les vastes locaux splendides et modernes de la Banque mondiale 19e rue à Washington, c’est sa devise : notre rêve : « un monde sans pauvreté » Dans une sorte d’atrium de treize étages se dresse une statue : un jeune garçon conduisant un vieillard aveugle. Elle commémore l’éradication de l’onchocercose . De l’autre coté de la rue , un autre monument splendide élevé à la richesse publique : le siège du Fonds Monétaire International. A l’interieur , l’atrium de marbre, qu’agrémente une flore luxuriante, rapelle aux ministres des finances en visite qu’ils sont au centre de la fortune et du pouvoir.

L’une et l’autre de ces institutions envoient des équipes d’économistes en missions dans les pays en développement...Dès leur descente d’avion, ils s’immergent dans les chiffres du ministère des finances et de la banque centrale et pour le reste, résident confortablement dans les hôtels cinq étoiles de la capitale ... »

Joseph Stiglitz compare :

« La guerre technologique moderne est conçue pour supprimer tout contact physique : des bombes sont jetées de 15OOO mètres d’altitude pour que le pilote ne « ressente » pas ce qu’il fait . La gestion de l’économie, c’est pareil ! Du haut d’un hôtel de luxe on impose sans merci des politiques que l’on penserait à deux fois si on connaissait les êtres humains dont on va ravager la vie . » [...]
« Le choc contre la mondialisation doit sa force à la prise de conscience de deux phénomènes : les ravages qu’ont opérés dans ces pays des politiques inspirées par l’idéologie, mais aussi les injustices du système commercial mondial !
On prétend aider les pays en développement alors qu’on les force à ouvrir leurs marchés aux produits des pays industriels avancés, qui eux-mêmes continuent à protéger leurs propres marchés . Ces politiques sont de nature à rendre les riches encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres ...
 »

L’ouvrage se termine par « Il faut que les pays en développement prennent eux mêmes leur bien-être en charge. Ils peuvent mettre en place des réglementations fortes pour se protéger des spéculateurs du dehors ou de l’inconduite de leurs propres millieux d’affaires. ..
– Il faut des politiques de croissance durable, équitables et démocratiques...
– Développer, ce n’est pas aider une poignée d’individus à s’enrichir, ni créer une poignée d’industries absurdement protégées qui ne profitent qu’aux élites du pays .
 »

« Le monde développé a sa place à tenir dans la réforme des institutions insternationales qui gouvernent la mondialisation. Nous les avons créées, nous devons travailler à la réparer, si nous voulons répondre aux inquiétudes légitimes des mécontents de la mondialisation, la mettre au service des milliards de personnes pour lesquelles elle a échoué et lui donner un visage humain, élevons la voix, parlons haut !
Nous ne pouvons pas , nous ne devons pas rester passifs !
 »

Il y a beaucoup à puiser dans cet ouvrage et il me vient en mémoire la pensée d’ Alfred Naquet, un de nos hommes politiques et philosophe ( 1834-1916) :

« Supposons qu’on enferme le pied d’un enfant dans une bottine inflexible et qu’on ne change pas cette bottine à mesure que le pied grossit, il y aura là un obstacle matériel à la croissance de l’organe, et il arrivera nécessairement que la
bottine sera brisée par le pied ou que le pied sera brisé par la bottine . Dans le premier cas il y aura délivrance, mais délivrance accompagnée de douleur ; dans le second cas il y aura atrophie du pied, destruction partielle de l’individu.
Supposons au contraire que le pied demeure libre ou qu’on se borne à le chausser de souliers flexibles et renouvelés souvent , il se développera sans souffrance, et la santé ne sera pas troublée.
Telle est l’image de la Société !
 »

Moralité : Encourageons les industries de la chaussure.......... Tous ensemble Marchons ! Donnons nous la mains en Citoyens du Monde autour de notre petite et si belle Planète bleue !
Mais voilà ... voilà ce 11 novembre 2009 en fanfare !

Le temps d’écouter
Giuseppe Garibaldi (1807- 1882 )

1862 : “Supposons que l’Europe forme un seul État.
[...] Dans une telle hypothèse, plus d’armées, plus de flottes, et les immenses capitaux arrachés presque toujours aux besoins et à la misère des peuples pour être mis au service de l’extermination, seraient utilisés au contraire à l’avantage du peuple et investis dans un développement colossal de l’industrie, dans l’amélioration des routes, dans la construction des ponts, dans le creusement des canaux, dans les fondations d’établissements publics, et dans l’érection d’écoles qui délivreraient de la misère et de l’ignorance tant de pauvres créatures qui dans tous les pays du monde, quel que soit leur niveau de civilisation, sont condamnés par l’égoïsme du calcul et par la mauvaise administration des classes privilégiées et puissantes à l’abrutissement, à la prostitution de l’esprit et de la matière.…”

Michelle


Brèves

21 septembre 2011 - ’Le vrai scandale des gaz de schiste

Vient de paraître :
"Le vrai scandale des gaz de schiste" par Marine Jobert et François (...)

18 octobre 2010 - Brassens libertaire

Vient de paraître Brassens libertaire de Marc Wilmet .
En voici la présentation par la librairie (...)

12 janvier 2009 - « Qui sont les anarchistes ? »

Information de Raforum Recherches sur l’anarchisme
Le prochain numéro du « Monde diplomatique » (...)

20 décembre 2008 - Encyclopédie anarchiste en ligne

Raforum () annonce :
« La grande et unique Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure vient (...)

20 novembre 2008 - Emile Temime

Emile Temime est mort à Marseille le 19 novembre à l’âge de 82 ans,. Historien, il fut notamment (...)