Les Rencontres méditerranéennes Albert Camus
"Le Don de la Liberté : Les relations d’Albert Camus avec les libertaires"
Publication des interventions du colloque 2008
Article mis en ligne le 24 novembre 2009

par K.S.
logo imprimer

Le vendredi 10 et le samedi 11 octobre 2008, au Château de Lourmarin (Vaucluse), se tenaient les Rencontres méditerranéennes Albert Camus intitulées «  Le don de la liberté : Albert Camus et les libertaires  » [1].

Un livre vient de paraître qui réunit les diverses interventions de ce colloque.

On trouvera donc au sommaire :

- Sylvain BOULOUQUE : « Réseaux et affinités : les amitiés libertaires d’Albert Camus »

- Alessandro BRESOLIN : « Le choix des camarades. Camus et ses amis libertaires italiens : Caffi, Chiaramonte, Silone »

- Progreso MARIN : « Camus et les libertaires espagnols »

- Lou MARIN : « La réception de l’œuvre de Camus par les anarchistes dans les pays anglophones et germanophones »

- Marianne ENCKELL : « Albert Camus, un copain »

- Wally ROSELL : « Albert Camus, les anarchistes et le football ? »

- Philippe VANNEY : « Albert Camus et les Groupes de liaison internationale (GLI) : une liberté en action »

- Charles JACQUIER : « Albert Camus et la revue Témoins »

- Séverine GASPARI : « Quelque chose de pourri au royaume de la liberté : L’Homme révolté d’Albert Camus »

L’ouvrage comporte en outre une notice concernant les auteurs, des reproductions de divers documents et le Cd enregistré par Radio libertaire.

En quatrième de couverture, un extrait d’une allocution d’Albert Camus prononcée à la Bourse du Travail de Saint-Etienne le 10 mai 1953 :

« Non, on ne construit pas la liberté sur les camps de concentration, ni sur les peuples asservis des colonies, ni sur la misère ouvrière ! Non, les colombes de la paix ne se perchent pas sur les potences, non, les forces de la liberté ne peuvent pas mêler les fils des victimes avec les bourreaux de Madrid et d’ailleurs. De cela, au moins, nous serons désormais bien sûrs comme nous serons sûrs que la liberté n’est pas un cadeau qu’on reçoit d’un Etat ou d’un chef, mais un bien que l’on conquiert tous les jours, par l’effort de chacun et l’union de tous. »

En avant-goût, nous proposons aux visiteurs de Penser libre un article de Lou Marin sur le même sujet, intitulé « Albert Camus et les Libertaires » publié le 17 novembre 2009 sur An@rchisme & Non-Violence 2 et que l’on trouvera intégralement dans la rubrique « Promenade sur le web » http://penselibre.org/spip.php?arti....

Bonne lecture

Notes :

[1REncontres méditerranéennes albert Camus, août 2009


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84