Slimane Zeghidour : "Le voile et la bannière"

mercredi 30 décembre 2009
popularité : 7%

Etant donné que :
le Coran affirme que les djinns et les djinnesses existent (et le Coran
a toujours raison),
le Coran n’affirme pas que les djinnesses ne peuvent pas se marier
avec les hommes,
prévenir vaut mieux que guérir,
se marier est un devoir, qui vaut autant pour les croyants que pour les
djinnesses, puisque « le célibataire est le frère du Diable »,
des oulémas (« hommes de science ») ont élaboré le droit, islamique,
cela va sans dire, du mariage entre hommes et djinnesses. Pas plus de
quatre djinnesses par homme, bien sûr ! Et comme un ouléma n’est pas
un homme crédule, un benêt qu’on abuse avec des fables de grand-mère,
il est défendu aux femmes d’épouser des djinns. Pourquoi ? Ah, naïfs
que vous êtes ! Parce qu’une femme illicitement enceinte pourrait se
prétendre enceinte d’un djinn, invisible comme chacun sait.

Voilà le genre d’informations hilarantes, effarantes, stupéfiantes,
ahurissantes que l’on glane dans le réjouissant ouvrage de Slimane
Zeghidour « Le voile et la bannière », collection Pluriel. Mi-essai
fort sérieux sur les causes et les conséquences de l’obsession
anti-féminine de l’islam, mi-exposition drôlatique autant que
véridique des ressorts de la psychologie musulmane à l’usage des
Kaffirs, ce livre m’a illuminé et diverti à chaque page. Tenez : dans
mon métier de guide dans les musées, j’explique que selon l’art
académique occidental, le Poil était l’ennemi : on pouvait
représenter des femmes aussi nues que l’on voulait, tant qu’elles
n’avaient pas un seul POIL. Olympia de Manet fit scandale entre autres
à cause d’une vague ombrette brune sous l’aisselle : « vierge de
caniveau » fut la moindre des gentillesses que l’on décocha au
chef-d’œuvre d’Edouard. Et bien, la hantise de la chevelure
féminine, ce piège à désir masculin, cette zone érogène
pousse-au-viol, ce sémaphore érectogène, est telle dans l’islam que
Zeghidour raconte ceci : « une femme qui dénouerait ses cheveux en
public paraîtrait à peine moins extraordinaire que si elle se mettait
nue. Cette liberté rendue à sa chevelure annule sa prière, même dans
la pénombre de son alcôve. La Tradition rapporte que l’archange
Gabriel s’éclipsait de la maison du Prophète lorsque sa femme Khadidja
déposait son voile. Fatima, leur fille, jeta bas son hijab quand Omar
menaça de violer son domicile. La femme d’Othman, le troisième calife
sous le court règne duquel le Coran fut rassemblé en une seule version
définitive, eut moins de succès. Lorsqu’elle vit entrer les assassins
de son mari, elle eut immédiatement le réflexe de défaire ses cheveux
pour ce faisant arrêter leur assaut, lorsque le successeur de Mahomet
l’apostropha violemment : « Remets ton voile ! Plutôt me faire crever
la peau que dévoiler la tienne ! »

Selon Zeghidour, dans tout l’islam, du Coran à l’Oumma (la
communauté des croyants) en passant par la Sunna (la tradition orale)
court un principe fondamental, méditerranéen et d’ailleurs présent au
même degré dans la Torah. La terreur du mélange. Chacun à sa place, et
les haloufs seront bien gardés. La Torah interdit de mélanger deux
textiles, la viande et le lait, l’islam veut séparer les croyants des
infidèles, Allah des autres divinités, et les hommes des femmes.
Voilà l’explication du mystère, de cette différence-similitude entre
Bible et islam : la première haïssant le sexe et ne cessant donc pas
d’y penser, le second adorant le sexe et ne cessant pas donc pas d’y
penser… c’est-à-dire de légiférer sans trêve sur tout ce qui
pourrait arriver aux génitoires humaines (ou djinnesques). Le sexe est le
grand mélangeur, le grand abaisseur de barrières. Il faut donc (version
biblique) le nier, ou le lier (version islamique).

Quant à cette histoire-ci, on ne sait s’il faut en rire ou en pleurer :
de Rabat à Islamabad, de Tachkent à Ouagadougou, la croyance est fort
répandue que la cause de l’écrasante supériorité militaire et
technologique des Israéliens est simple. Ils lisent le Coran. Là,
lectrice, lecteur, je vois votre index athée labourer votre cuir chevelu
 : mais si, c’est évident : TOUT est dans le Coran. TOUT, donc toute la
science, toute la technologie occidentale ! Dans le Coran ! Mais il faut
le lire avec soin et savoir déchiffrer allusions, et métaphores, voire
codes ou acrostiches. Donc, si les rabbins d’Israël s’échinent à
lire toute leur vie, ce n’est pas la Torah qu’ils lisent, mais en
réalité le Coran, afin d’y trouver les plans des drones et des
missiles Patriot. Il faut prévenir le ministère de la Marine : achetez
en urgence toutes les éditions du Coran avant qu’Israël n’y
découvre les plans du Clemenceau !!!

Nestor Potkine

H. bien sous tous rapports, ch. Djinnesse, physique indifférent, pour
amitié, et plus si affinités. Laisser enveloppe adressée « N.P » au
journal, qui transmettra..


Brèves

21 septembre 2011 - ’Le vrai scandale des gaz de schiste

Vient de paraître :
"Le vrai scandale des gaz de schiste" par Marine Jobert et François (...)

18 octobre 2010 - Brassens libertaire

Vient de paraître Brassens libertaire de Marc Wilmet .
En voici la présentation par la librairie (...)

12 janvier 2009 - « Qui sont les anarchistes ? »

Information de Raforum Recherches sur l’anarchisme
Le prochain numéro du « Monde diplomatique » (...)

20 décembre 2008 - Encyclopédie anarchiste en ligne

Raforum () annonce :
« La grande et unique Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure vient (...)

20 novembre 2008 - Emile Temime

Emile Temime est mort à Marseille le 19 novembre à l’âge de 82 ans,. Historien, il fut notamment (...)