Eglise et pédophilie

mercredi 17 mars 2010
par  K.S.
popularité : 3%

Un ami réagit à la lecture d’un précédent article mis en ligne le 17 février dernier (« Au Vatican : Les évêques d’Irlande se font redresser la mitre ! ») dans lequel, en référence aux propos d’un prêtre et psychanalyste, Tony Anatrella, selon qui " le mariage n’a jamais eu de fonction thérapeutique pour guérir les tendances sexuelles déviantes d’un individu" j’admettais que le célibat et la chasteté imposés au clergé catholique ne soient pas seuls en cause dans le passage à l’acte des prêtres pédophiles.

Les arguments de mon correspondant sont précis :

Il considère que l’existence de prêtres pédophiles est structurellement liée à l’Eglise catholique ou à quelque autre structure religieuse similaire. Ces institutions réunissent en effet

- des enfants dans un endroit clos,
- des adultes célibataires "contraints" qui s’en occupent, et ont sur eux autorité,
- une structure ultra hiérarchisée et historique,
- une culture du silence basée sur le secret de la confession.

Si ces adultes sont des femmes - les soeurs- il ne s’agit le plus souvent que de violences morales, physiques et psychiques, si ce sont des hommes s’y ajoutent des violences sexuelles. Le principe de la soumission, le silence, et l’impunité garantie par la hiérarchie au nom de la protection de l’institution, ouvrent la porte aux abus.

[*L’intérêt de cette thèse vient de ce qu’elle ne se limite pas à la seule question du célibat des prêtres, considéré traditionnellement comme la cause des déviances.*]

Or, le 13.03.10, sur le site du périodique Le Monde, Stéphane Joulain , également prêtre, thérapeute familial et psychanalyste (merci, Françoise Dolto, avec l’Évangile au risque de la psychanalyse…) répond à un article d’ Hans Küng (paru sur Le Monde du 5 mars) qui établit un rapport entre le célibat des prêtres et la pédophilie. De façon très polémique, Stéphane Joulain déclare :

« Si Hans Küng se renseignait, il apprendrait que 96 % des affaires d’abus sexuels et de maltraitance sur mineurs sont des affaires qui ont eu lieu dans le cercle familial de l’enfant. En poussant un peu le raisonnement de M. Küng, pourquoi ne pas interdire la vie de famille, puisqu’elle est après tout le lieu le plus dangereux pour les enfants. »

En premier lieu, je ne suis pas sûre que les chiffres avancés par Stéphane Joulain soient à prendre sans plus d’examen. En effet, les « statistiques » des abus sexuels sur mineurs sont établies à partir des affaires connues. Si difficile et douloureuse que soit la révélation des maltraitances de tous ordres dans le milieu familial, la situation est pire encore pour la mise à jour des abus pratiqués en institutions religieuses. Voir plus haut.

Mais notre prêtre psychanalyste ajoute, sans doute par souci d’objectivité, les points suivants, que je résume ici [1] :

Le célibat consacré offre aux pédophiles un "statut social" acceptable, leur évitant de se confronter à une sexualité adulte dite "ordinaire". L’auteur considère que depuis quelques années la situation ne leur est plus si favorable.

Les prêtres sont des "éducateurs de la foi", et donc proches d’un public jeune, ce qui attire les pédophiles, tout comme d’ailleurs d’autres professions mettant en contact avec des enfants.

Et voici un « aveu » bien troublant : L’autorité liée à l’exercice des ordres permet à des pédophiles d’être très à l’aise avec la toute-puissance qui les habite et convient aussi très bien à leur difficulté à intégrer la loi comme cadre et interdit ; cela entretient chez les pédophiles le sentiment de l’immunité.

Il pourrait exister un lien entre la préférence sexuelle pour les adolescents en phase pubertaire de certains prêtres et une immaturité affective assez massive dans le clergé.

Le fait d’avoir été élevé dans des petits séminaires, c’est-à-dire hors de toute confrontation à l’altérité sexuelle, n’a pas contribué à un développement pleinement satisfaisant de l’affectivité de nombreux prêtres qui ont abusé de mineurs de 12 ans à 17 ans.

Finalement, exprimé dans des termes feutrés, voici qui vient corroborer la thèse de notre correspondant !

Stéphane Joulain oublie dans ses propos le long silence coupable de la hiérarchie catholique, silence que l’on peut comparer avec celui des gradés militaires qui couvrent systématiquement toutes les bavures, massacres de civils, abus de toutes sortes. Mais, n’est-ce pas, il faut protéger la réputation de l’institution, et éviter des procès coûteux…

SKS


[1Tout l’article peut être lu sur http://www.lemonde.fr/opinions/arti...


Brèves

24 juillet 2013 - Jacques Prévert :

"Les religions ne sont que les trusts des superstitions."
(Spectacle /1952)

26 juin 2013 - Ne pas oublier Amina :

Pétition :
http://www.avaaz.org/fr/petition/FR...
et articles http://penselibre.org/spip.php?arti.

24 mai 2013 - Religion modérée...

"Une religion est modérée lorsqu’elle n’a pas de bras armé ; ou quand elle cesse d’y recourir. Ou (...)

31 janvier 2012 - Nice : Défense de la laïcité

"Pour un service Public
de la PETITE ENFANCE"
Vendredi 10 Février de 18h.30 à 20h
Plus de (...)

3 octobre 2010 - Lourde (s) bavure...

Le 13 septembre dernier : un convoi de pèlerins italiens à destination de Lourdes sur un train de (...)