Du bonheur de ne pas vivre en terre « sainte »

mercredi 16 juin 2010
popularité : 1%

Trouvé sur www.ecologie-radicale.org ce texte daté du 6 juin dernier de Gérard Charollois, de la Convention Vie et Nature. Certes, tous les problèmes du conflit israelo-palestinien ne sont pas abordés ici, mais on saura gré à l’auteur de souligner avec franchise et clairvoyance l’importance du facteur religieux.

L’animal humain aime la violence, par nature. Il est porté à la chicane, à la querelle et à la guerre qui n’en est que la forme supérieure.

Tuer son semblable ou d’autres animaux ne le rebute nullement lorsque son roi, sa peuplade, sa communauté, son dieu (toujours le vrai dieu) le lui ordonnent.

Le jour des Lumières ne s’est pas levé sur ce douloureux Proche-Orient qui souffre de constituer une faille géopolitique où se heurtent des plaques tectoniques d’étranges natures.

Depuis des décennies des humains s’y affrontent aux noms d’appartenances exacerbées, de revendications historiques qui distrairaient un entomologiste extra-terrestre.

Les mythes, les légendes, les obscurantismes superstitieux pourraient amuser cet observateur extérieur et rationnel si ces billevesées divines que nous sommes sommés de « respecter » ne généraient morts, souffrances, misères, humiliations.

A chaque instant, un nouvel événement dramatique invite l’opinion publique à se cliver et à conspuer les uns ou les autres, un peu comme à l’issue d’un jeu de ballons, mais là avec des vies perdues, des chairs meurtries, des parents et amis dans la peine.

Et cela ne peut que durer car les dieux ont soif et chaque camp détient le bon, le seul, le vrai, l’absolu, bien sûr « miséricordieux et amour », comme il se doit, mais pourfendeur d’impies.

Notre entomologiste extra-terrestre constaterait bien vite que l’énergie, la pugnacité, la hargne des combattants s’alimentent de celles de ceux d’en face.

A un nationalisme arrogant et dominateur des uns répond un intégrisme borné des autres, à moins que ce ne soit l’inverse et réciproquement.

Au fond, le mal se nourrit du mal, la droite dure et réactionnaire des uns s’appuie sur la droite arriérée théocratique des autres, et voilà pourquoi le jour ne se lève pas à l’Est de la méditerranée.

Notre entomologiste penserait inévitablement :
Et si un peuple, par miracle nullement divin, élisait des écologistes à TEL AVIV et l’autre peuple des écologistes à GAZA !
Il en serait finit des blocus, des missiles, des incursions soldatesques, des bombes humaines, des martyrs vains, en un mot du crime.

Non, nous savons, ce n’est pas demain la veille.

Alors ces pauvres gens n’en ont pas fini avec leur guerre passionnelle, irrationnelle, fruit d’un malentendu.

Car, Zeus au sommet de l’Olympe se moque pas mal de son peuple élu et de sa communauté des crédules.

Ces malheureux peuples expérimentent, en élisant de part et d’autre des hommes de haine, une constante politique qui est la suivante : de bons sentiments ne suffisent sans doute pas à faire une bonne politique, mais il est sûr que de mauvais en feront toujours une pire.

Or, ni à TEL AVIV, ni à GAZA les peuples n’ont choisi la paix, l’écologie, la laïcité, le refus du nationalisme bête et de l’identité religieuse abrutissante.
Notre Europe n’échappe pas à ce vertige masochiste des peuples qui se donnent des dirigeants ringards, conservateurs, adeptes « du sacrifice, du sang et des larmes », des esprits étroits.

Différence :
Avec des dirigeants du parti de l’égoïsme et de la dureté, consolons-nous de vivre en Europe, hors d’une terre « sainte », propriété d’un dieu quelconque, car, à défaut, nous ne ferions pas mieux que nos amis juifs et nos amis arabes, victimes des pesanteurs nationalistes du LIQUD et obscurantistes du HAMAS.

Peut-être que les humains comprendront un jour que la seule identité qui vaille est la vie dans la liberté et le respect mutuel, respect des individus par-delà leurs ethnies, leurs origines, leurs apparences et même leurs espèces, puisque ce qui fonde la dignité est la capacité d’éprouver le principe du plaisir déplaisir.

En attendant, les idéologies abrutissantes mènent leur danse de mort pour le malheur des hommes, des animaux, de la Nature sacrifiée.

Gérard Charollois


Brèves

27 juillet 2016 - Le 27 Juillet sur Ephéméride anarchiste

Le 27 juillet 1924, à La Haye (Pays-Bas) à l’occasion du vingtième anniversaire de la création de (...)

25 février 2014 - A visiter : le site des Giménologues

Plein d’infos intéressantes et remarquablement illustrées sur :
http://www.gimenologues.org

12 juin 2013 - Contre le commerce des armes

L’Union pacifiste de France annonce le congrès annuel du Réseau européen contre le commerce des (...)

18 octobre 2011 - Femmes d’Espagne en lutte

Le site des Giménologues signale la parution, aux éditions ACL (Atelier de création libertaire) du (...)

15 mai 2011 - Éloge de la non violence, de la stratégie et de la patience.

Premiers pas...
Une internaute nous signale cette vidéo qui peut paraître un peu simpliste, (...)