Tempête sur le centre diocésain "Le Mistral
par Michèle C.

Refus d’accueil des sans-logis dans la "maison de Dieu" du diocèse de Marseille.

Article mis en ligne le 24 mai 2007
dernière modification le 25 mai 2007

par Michèle
logo imprimer

MARSEILLE :Tempête sur le centre diocésain « Le Mistral »

Le lundi 21 mai la tempête s’est levée sur le paisible diocèse Le Mistral de
l’impasse Camille Flammarion.
L’archevêque a eu recours à la force publique pour chasser des sans abris
qui espéraient innocemment trouver un refuge chez les curés.

Et pourtant, il me semble qu’on leur avait dit un jour : Aime ton prochain
comme toi même.

- Soit ils ne s’aiment plus, vu l’accueil glacial qu’ils ont réservé à sept
campeurs du Camp Don Quichotte de la Porte d’Aix qui étaient venus se
mettre sous la protection de l’église et qui ont été chassés par les CRS
pour cause de violation de leur propriété.

- Soit ils ne considèrent pas les SDF comme leur prochains, ce qui
expliquerait leur attitude méprisante et l’absence d’humanité envers cette
espèce qui malheureusement n’est pas prête de disparaître.

Contrairement aux extrémistes musulmans qui se servent des "laisser pour
compte" pour renforcer leur pouvoir, les extrémistes catholiques n’ont rien
à craindre pour le conserver.

Face à la démission, au découragement ou à l’indifférence de la
population, le capitalisme a encore de beaux jours devant lui, et les
richesses du Vatican et des biens pensants ne peuvent que prospérer. Il
suffit pour cela de rester du bon côté de la barrière.

La manipulation ambiante faisant son chemin, la peur des exclus a pris le
pas sur le fait que personne n’est à l’abri de l’exclusion.

Il suffit pour cela de ne pas être riche et de perdre son emploi, de ne pas
en trouver ou de refuser un salaire de misère ne permettant plus de payer
des loyers qui ne cessent d’augmenter. Il arrive aussi que la maladie,
l’isolement, les difficultés familiales jettent les gens à la rue.

Bref, sortir du moule patiemment confectionné par le pouvoir de l’argent,
que ce soit pour des raisons idéologiques ou autres est fortement
déconseillé, sous peine de rejoindre le troupeau des brebis égarées que l’on
mènent à l’abattoir.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84