Algérie : le ramadhan, une période à risques…
Article mis en ligne le 8 décembre 2010
dernière modification le 7 décembre 2010

par K.S.
logo imprimer

Lors de la dernière période de ramadhan [1] en Algérie, dans différentes localités de Kabylie, des personnes surprises à ne pas jeûner ont été arrêtées et mises en examen en vertu de l’article 144 bis 2 du code pénal [2] :

Ainsi dans la ville d’Ouzellaguen, dépendant de la wilaya de Béjaïa, neuf clients et le restaurateur qui servait des repas dans un fast-food – fermé –. « Détail qui enlève le caractère ostentatoire ou public de l’acte des non-jeûneurs qui est précisé dans l’article du code pénal en question » remarque Djilali Benyoub sur le site « Liberté », le 04 - 09 - 2010 [3]. Autre fait similaire dans la ville d’Aïn el-Hammam (ex-Michelet), où deux ouvriers du bâtiment ont été arrêtés par la police alors qu’ils déjeunaient sur leur chantier. Petit détail, ils sont de confession chrétienne.

Les uns et les autres, certains après une incarcération et une remise en liberté conditionnelle, sont passés au tribunal. Finalement, le 5 octobre 2010, le tribunal de Michelet a prononcé un non-lieu pour les deux ouvriers d’Aïn el-Hammam, et le 8 novembre, la chambre pénale a prononcé la relaxe pure et simple de huit non-jeûneurs d’Ighzer Amokrane.

A la recherche d’informations sur la toile, on trouve à la fois de quoi s’alarmer et de quoi se réjouir.

De quoi s’alarmer : la lecture de nombreux articles fait état de la chape de plomb qui étouffe la société algérienne, avec une police d’État qui fonctionne en police des mœurs, une intolérance à tout ce qui n’est pas strictement autorisé par l’islam – y compris pour les non-musulmans – et une pratique courante de la délation. Ce qui caractérise les heures les plus sombres des régimes dictatoriaux. Les années précédentes déjà, des non-jeûneurs ont été poursuivis. Des peines, avec ou sans sursis, ont été prononcées. De même pour un jeune couple s’embrassant dans une voiture.

De quoi se réjouir : Un comité de soutien appelé « collectif forum Kabylie » s’est créé, réunissant des défenseurs des droits de l’Homme et des libertés fondamentales venant de divers mouvements, dont la Ligue algérienne des Droits de l’Homme, SOS liberté, etc. Une conférence sur la liberté de conscience s’est tenue quelques jours avant le procès, et une manifestation a réuni plusieurs dizaines de personnes, ce qui est remarquable dans le climat d’inquisition que l’on sait. Un des participants à la manifestation – pendant laquelle la confrontation avec les « forces de l’ordre » a été évitée de justesse, faisait remarquer : L’État algérien a signé la convention de l’ONU sur la liberté religieuse (12 décembre 1989) mais ne la respecte pas.

Plusieurs articles relatant les faits cités plus haut utilisent à plusieurs reprises les mots révélateurs d’inquisition, de résistance, de liberté de conscience, de liberté de pensée…

On trouvera ci-dessous les titres et les liens pour ces quelques articles.

Les défenseurs des libertés ont besoin de notre soutien. Relayer et diffuser les informations est un début. Comment leur apporter une aide plus concrète, sans leur nuire, à nos lecteurs de suggérer.

A lire donc, pour en savoir plus :

- Sur Divergences, revue internationale libertaire, Kabylie. Opprobre que d’être autre que musulman http://divergences.be/spip.php?arti...
- Procès des non-jeuneurs d’Ighzer Amokrane http://www.kabyles.net/Proces-des-n...
- Un non-lieu pour les deux "dé"-jeûneurs de Michelet.
http://www.tamazgha.fr/Un-non-lieu-...
- Tribunal d’Akbou : Les non-jeûneurs relaxés
http://www.depechedekabylie.com/eve...
-  Relaxe pour les non-jeûneurs de Michelet
http://deboutkabylie.unblog.fr/2010...
- Kabylie : relaxe des non-jeûneurs
http://www.la-kabylie.com/article-7...
- Procès des non-jeuneurs d’Ighzer Amokrane, la résistance s’organise.
http://www.agencedepressekabyle.com...

Deux articles de fond :

- L’inquisition contre les non-jeûneurs continue http://www.djazairess.com/fr/libert...
- Les actes d’intolérance se multiplient.
Sous prétexte de défendre la religion

http://www.djazairess.com/fr/elwata....

SKS

Notes :

[1du 11 août au 10 septembre 2010

[2Art. 144 bis 2. (Nouveau) – « Est puni d’un emprisonnement de trois (3) ans à cinq (5) ans et d’une amende de cinquante mille (50.000) DA à cent mille (100.000) DA, ou l’une de ces deux peines seulement, quiconque offense le prophète (paix et salut soient sur lui) et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l’Islam, que ce soit par voie d’écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen. » L’islam est déclaré religion d’État.

[3Djilali Benyoub, L’inquisition contre les non-jeûneurs continue (à lire sur http://www.djazairess.com/fr/libert...)


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84