Le Groupe européen d’éthique
Article mis en ligne le 22 mars 2011
dernière modification le 21 mars 2011

par K.S.
logo imprimer

Trouvé cette information sur le site d’ l’UFAL [1] :

L’A.W.S.A France [2] dans une déclaration du 16 mars 2011, proteste contre la composition du Groupe européen d’éthique, instance chargée d’examiner les questions éthiques liées aux Sciences et aux Nouvelles technologies, pour ensuite soumettre des avis à la Commission européenne destinés à élaborer des législations ou mettre en place des politiques communautaires. Les domaines concernés : embryons humains, brevets des inventions impliquant des cellules souches humaines, recherche clinique dans les pays en développement, tests génétiques dans le cadre du travail, banques de sang du cordon ombilical, etc.

Statutairement, le groupe d’Éthique est neutre et les personnes qui le composent doivent être indépendantes de toutes influences extérieures.
Le 10 janvier 2011, le Président de la Commission européenne a nommé les quinze personnes composant le Groupe d’Éthique. Issues de différents pays, elles ont été choisies pour leur expertise et leurs qualités individuelles.

Que sont ces qualités individuelles pour la Commission européenne ?

« Il semblerait que les seules compétences et qualités qui vaillent dans ces domaines touchant à l’Humain soient religieuses puisque parmi les personnes nommées, on trouve 6 membres qui sont des professeurs de théologie dont l’un est un prêtre et une autre… une "vierge consacrée".  » remarque l’Awsa France, qui ajoute : « C’est par la lecture d’une revue chrétienne qu’Awsa-France a découvert cette information. En effet, la biographie des personnes publiée sur le site du Groupe Européen d’Ethique omet de mentionner la qualité religieuse des membres, au mépris du droit à la transparence et à l’information des citoyens européens. Et interdit tout contrôle sur l’obligation de neutralité et d’indépendance que doit remplir le membre. »

D’autres membres sont également dans le courant chrétien, tel un avocat enseignant à l’Université Catholique de Louvain et opposé par exemple à l’euthanasie. Aucun représentant laïque n’est nommé à cet organisme.

Un cas particulièrement intéressant : professeur de théologie à la faculté de théologie de Strasbourg, Marie-Jo Thiel appartient à l’Ordre des Vierges Consacrées du diocèse de la Moselle. Les "vierges consacrées" sont reconnues par le droit canon, aux côtés des moniales, religieuses, etc. consacrées à Dieu par l’évêque du diocèse, elles sont des épouses mystiques du Christ et dédiées au service de l’Église. Une particularité cependant : elles sont en civil, et s’engagent à agir « pour le Christ », porter sa parole au sein de la société… des « infiltrées » en quelque sorte, selon le mot très juste de L’Awsa France qui ajoute que cette sur-représentation, au sein du Groupe d’éthique européen, de personnes officiellement liées à la religion, remet en cause la liberté de conscience et porte atteinte aux droits des citoyens de l’Union européenne puisque la société, le droit, l’éthique et la morale se voient définis à l’aune des religions.

On peut évidemment s’interroger sur les possibilités d’avancées scientifiques et médicales dans les domaines étudiés par un Groupe d’éthique ainsi composé.

SKS

Notes :

[1UFAL : Protestation contre la composition du Groupe européen d’éthique
(http://www.ufal.info/feminisme-et-l...)

[2Arab Women’Solidarity Association


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84