Idan et Sahar

samedi 1er octobre 2011
par  K.S.
popularité : 3%

La salle de Mille Bâbords à Marseille était pleine pour accueillir deux jeunes objectrices israéliennes le 21 septembre dernier. Le COT [1] avait organisé cette tournée de 3 semaines qui a permis, de villes en villes [2], l’expression par les deux jeunes femmes, de leur refus du service militaire obligatoire en Israël pour les filles et les garçons. Mais leur réflexion et leurs critiques ne s’arrêtent pas là.

Leurs parcours personnels sont différents.

Idan Halili (24 ans) a été la première femme objectrice emprisonnée en Israël en 2005 pour convictions féministes. Elle milite au sein de l’association New profile, organisation antimilitariste et féministe et dans une association pour les réfugiés et les sans papiers.

Idan, enfant, ne remettait pas en cause le service militaire. Sa prise de conscience commence au collège, par le féminisme. Sur le plan politique comme dans l’ensemble de la société, le statut des hommes et des femmes est inégalitaire. En travaillant dans un service d’appel d’urgence pour migrants, Idan découvre l’ampleur du trafic et du commerce des femmes, et d’une façon plus générale, de leur exploitation. Dès la fin du collège, se pose pour elle la question de l’égalité, puis comme travailleuse sociale dans un foyer d’accueil pour jeunes filles, elle est confrontée directement à la réalité de la condition faite aux femmes et jeunes filles en Israël : exploitation, harcèlement, abus sexuels. Elle envisage brièvement de s’investir pour la cause féministe en acceptant le service militaire, mais comprend vite l’impossibilité de ce rôle. Le féminisme est basé sur l’égalité et la dignité, l’armée est sexiste et basée sur la domination et la soumission, servant de tremplin pour les carrières politiques des hommes et imprégnant toute la société qui se militarise par contagion et devient indifférente à la violence.

En Israël, plusieurs motifs peuvent être invoqués pour être exempté du service militaire : le mariage, la maternité, la religion, des difficultés mentales et/ou physiques, enfin la conscience. En fait, ces possibilités d’objection ne sont pas publiées par l’armée, qui se réserve, en matière d’objection de conscience, d’apprécier si l’on est pacifiste ou pas ! A titre d’exemple, Gandhi ne rentre pas dans le cadre…

Après plusieurs tentatives d’être reconnue comme objectrice en raison de ses convictions féministes et pacifistes et connu l’emprisonnement, Idan a finalement, comme beaucoup d’autres dans le même cas, été considérée comme ayant des troubles mentaux et exemptée à ce titre !

Sahar Vardi (21 ans), est signataire de la lettre 2008 des lycéens de terminale opposés à l’occupation de la Palestine (shministins voir sur http://penselibre.org/spip.php?arti...), elle a été la première de ce mouvement à être emprisonnée quand elle a refusé de rejoindre l’armée. Elle aussi est membre de New profile. Elle participe aux actions desAnarchistes contre le mur, au comité israélien contre la destruction des maisons palestiniennes, au mouvement de solidarité Shiefkh Jarrah et à Ta’ayush, mouvement d’Israéliens et de Palestiniens oeuvrant ensemble à la fin de l’occupation israélienne et voulant réaliser l’égalité civile pleine et complète par l’action directe civile non-violente.

Sahar a grandi dans un milieu juif sioniste traditionnel, où l’on considère l’armée comme un élément naturel de la société. En témoigne du reste la présence de l’armée dans les établissements scolaires. A titre d’exemple, Sahar évoque un cahier de calcul pour les plus jeunes : en double page, sur l’une sont inscrits les chiffres (1,2,3,4, etc…) et pour illustrer la leçon, sur l’autre page on voit dessinés : une grenade, deux fusils, trois tanks, quatre chars d’assaut… ! Ou comment approcher le symbole…

(A ce moment dans la salle, le public est pris d’un fou rire nerveux…)

Dans les chansons de l’armée – chaque « corps » a les siennes – on ne parle que de vouloir la paix. L’apprentissage de la peur des autres est confirmé par les attentats-suicides dont des enfants peuvent être les victimes. Les fêtes nationales qui se succèdent entretiennent elles-mêmes ce climat de repli défensif : Pâques, Commémoration de l’Holocauste, hommage aux soldats morts, Indépendance, etc…

Adolescente, Sahar décide d’aller voir par elle-même. Elle se rend dans un village palestinien non loin de chez elle et participe à la plantation d’oliviers et à l’aménagement d’un réseau d’alimentation en eau. Ainsi, elle peut constater sur le terrain les dégâts provoqués par la construction du mur et les check-points, les oliviers déracinés, l’épicerie du village fermée, tout cela pesant au quotidien sur la vie des habitants. Elle s’implique alors de plus en plus dans le soutien aux palestiniens par des actions directes au cours desquelles, situation inversée et contradictoire par rapport aux discours officiels : l’armée tire et ce sont des palestiniens qui protègent Sahar.

Bien évidemment, la jeune femme ne pouvait accepter d’effectuer le service militaire. Régulièrement, des lycéens en dernière année signent une lettre collective de refus et cherchent ainsi à alerter l’opinion. Sur cent signataires, dix ont été emprisonnés. Pour sa part, Sahar a fait deux mois de prison et trois de détention. Elle aussi a fini par être exemptée pour raisons psychologiques.

De nombreuses questions ont permis aux participants d’approfondir certains points.

Il faut vivement remercier Idan et Sahar, ainsi que les traducteurs, Melissa et Reinhardt, le vidéaste Jonathan, et les deux membres du COT, Guy et Jean-Pierre, qui ont accompagné et conduit le petit groupe de villes en villes.

SKS


[1Comité des objecteurs et objectrices du Tarn


Brèves

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)

2 juillet 2016 - Les vidéos du colloque ’Animal politique’

Le 2 juin 2016 à l’Assemblée Nationale, le Colloque ’Animal politique’ a été organisé par 27 (...)

14 juin 2016 - Appel d’Amnesty

Jeux olympiques, coupe du monde et violences policières – voir : http://info.amnesty.be/adserver2/co..