Marcel Conche
(Quelques citations)

citations de Marcel Conche.

Article mis en ligne le 17 août 2007

par K.S.
logo imprimer

[(Trouvé, sur le site Athéisme l’homme debout (voir rubrique "liens") ces
citations de Marcel Conche(philosophe, né en 1922), réunies sur le thème de la croyance :)]

in Le Sens de la philosophie :

[*""Athée" ne suis-je même pas, car je ne prononce pas le mot "Dieu", fut-ce pour le dire sans objet.*]

"On voit, par exemple, les théistes donner plusieurs "preuves" de l’existence de Dieu, qui ne sont en réalité que des arguments, car si "preuve" il y avait, une seule suffirait..."

"La philosophie n’a donc pas en vue le bonheur. Elle a en vue la seule vérité. Or, il est très possible que la vérité soit douloureuse, soit pénible, soit destructrice du bonheur ou le rende impossible. La religion, à la différence de la philosophie, est sous la catégorie de l’utile. Elle promet le bonheur et dit ce qu’il faut faire et ce qu’il faut être pour mériter ou pour l’obtenir. Dès lors, l’illusion est plus importante que la vérité si elle procure le bonheur."

"Le pouvoir que Max Weber nomme "charismatique", est un pouvoir d’ensorcellement. Il suppose que l’on ait foi en la personne d’un prophète, d’un chef, d’un grand démagogue. Que l’on puisse employer ici le mot "foi" montre l’analogie avec le domaine religieux. La crainte révérencieuse, la confiance, la fascination sont les éléments d’une attitude foncièrement irrationnelle. Et de même que le croyant en dieu est imperméable aux arguments que l’on peut dresser contre la religion, de même l’individu ensorcelé par le prophète ou le chef n’est capable d’écouter rien d’autre."

in Orientation philosophique :

[*"Je dois refuser d’admettre la possibilité de la légitimité du supplice des enfants. Or croire en l’existence d’un Dieu créateur du monde serait admettre la possibilité de cette légitimité. Ainsi, d’un point de vue moral, je n’ai pas le droit de croire, je ne puis croire en Dieu. Il est donc moralement nécessaire de nier l’existence de dieu. [...] Il est indubitable, en effet, que le supplice des enfants a été et ne devait pas être, et que Dieu pouvait faire qu’il ne soit pas. Comme Dieu ne s’est pas manifesté dans des circonstances ou, moralement, il l’aurait dû, s’il existait, il serait coupable. La notion d’un Dieu coupable et méchant apparaissant contradictoire, il faut conclure que Dieu n’est pas."*]


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84