Calanques, encore...

Conférence du GIP (Groupement d’intérêt Public) des Calanques : impressions d’une auditrice.
vendredi 14 septembre 2007
par  Léonore
popularité : 5%

Une conférence du GIP (Groupement d’Intérêt Public) des Calanques,

s’est tenue le 13 septembre 2007 à 18 heures, à l’Office de la Mer, avec pour sujet le projet de Parc National des Calanques.
Le Directeur du GIP, Jean-Marie Lafond, assisté de Denyse Bellan-Santini, Directrice du comité scientifique du GIP, a expliqué, à l’aide d’un diaporama, les missions du GIP et les enjeux de la création d’un Parc National des Calanques.

Les missions :
-  animer et coordonner les actions de protection et de gestion du site classé des Calanques ;

-  préparer la création du Parc National ;

-  en tant qu’opérateur de « Natura 2000 », répertorier les sites présentant un intérêt patrimonial sur terre et sur mer (pour les Calanques, entre autres la grotte Cosquer, une flore protégée notamment les herbiers de posidonies).

La convention de 1999 prévoyait 8 années d’exercice pour le GIP qui demande une prorogation de 3 ans.

Les enjeux :
-  préserver le patrimoine naturel et culturel (biodiversité - sites archéologiques) ;
-  protéger l’ensemble de la zone des diverses atteintes ou/et des risques ;
-  mettre en œuvre les moyens de ces objectifs.

Les menaces sur le site naturel des Calanques sont nombreuses, et les dégâts pourraient à terme devenir irréversibles.
Citons, de façon non exhaustive :
-  sur-fréquentation (1,3 millions de visiteurs/an) ;
-  pollution des eaux (déversement au niveau de Cortiou, des eaux usées de la Ville, le traitement n’empêchant pas un impact sur l’environnement) ;
-  boues rouges de beauxite amenées par les courants ; hydrocarbures ; pollutions diffuses apportées par les bâteaux, (WC sans cuve de rétention, organismes venant d’autres régions, véhiculés sur les coques, véritable péril pour l’équilibre des espèces, arrachage des posidonies lors de l’ancrage, etc.) ;
-  incendies ;
-  pollution des sols et de l’eau par ruissellement des minéraux et produits chimiques exploités dans les anciennes usines désaffectées (de la Madrague-Montredon jusqu’à l’escalette) ;
-  prélèvements non raisonnés de la pêche professionnelle et amateur ;
-  exploitation du corail…

Pour justifier la création d’un Parc National, il faut un patrimoine naturel et/ou culturel d’un intérêt particulier, et la nécessité de le protéger. Le cadre législatif de 1960 très restrictif ne permettait plus de créer de nouveaux Parcs Nationaux (pourquoi ?), celle, plus souple, de mars 2006, soutenue par Guy Tessier, maire du secteur, prévoit plusieurs zones, dont une, centrale, le « cœur » ou périmètre optimal, et une « aire d’adhésion » comportant moins de contraintes. Au cours de l’hiver 2007/2008 les limites de périmètre optimal devraient être définies. Puis un dossier justifiant la création d’un Parc National constitué et proposé au Premier Ministre. Si celui-ci donne son aval (nous serions en 2008) un dossier complet préparant le décret ouvrirait sur une enquête publique. La décision finale serait pour 2009 au mieux.

[* Même avec la dernière législation, le Parc National implique beaucoup de contraintes environnementales qui s’accordent mal avec les diverses pressions économiques et immobilières de la Ville. Il s’agit aussi de "garder une forte attraction touristique" ce qui peut s’entendre de deux façons opposées : soit conserver le site dans toute sa beauté, et donc limiter la fréquentation et les divers usages avec impacts de dégradation ; soit attirer du monde, avec les retombées économiques que l’on sait. Le GIP espère que l’on trouvera un moyen de concilier le tout, ce qui est plus politique que scientifique.*]

Peu d’interventions du public :

Un fils de pêcheur professionnel a fait la liste de toutes les dérogations accordées par la Municipalité de Marseille (Ville de la triche) et contraires aux règlements européens : pêche sous-marine avec bouteilles, chaluts, etc. Il a contesté le fait que les pêcheurs amateurs feraient des prélèvements aussi importants que les professionnels. Rectification acide de Denise Bellan-Santini : "si, si, il y a eu des études", mais en fait la comparaison concernait les petits pêcheurs non industriels. Intéressant.

Une autre personne a ensuite demandé si le GIP pouvait donner des informations sur le "projet de réhabilitation" du Mont-Rose, le déclassement de cette partie du site, et sa propre position sur le projet municipal d’hôtellerie.

Réponse courtoise de Jean Marie Lafond : le déclassement concerne le PLU (Plan local d’urbanisme) et non la partie du site. On ne peut pas déclasser un site naturel et on ne peut ajouter aucune construction à celles existantes. Dont acte.

Les interventions suivantes, (dont une dame d’Union Calanques Littoral) ont porté sur la privatisation envisagée par la Mairie. La Marine vend le terrain pour deux millions d’euros. De ce fait, le plus simple, financièrement parlant, est de confier la réhabilitation et la gestion, outre les bénéfices, à un privé pour un bail de trente ans. Comme les parkings.

D’autres interventions ont montré le refus des associations de la privatisation d’une partie du domaine public.

Probablement le GIP a-t-il fait le choix de centrer son action sur le Parc National, et sur Natura 2000, qui ne concerne pas du reste que les Calanques, mais aussi plusieurs zones côtières de part et d’autre de Marseille.

[*Marseille, ville de la triche…" Quoi qu’il en soit, je crains fort qu’à moins d’une forte mobilisation des Marseillais et de tous les amoureux de la nature et des Calanques, le Mont-Rose ne devienne une source de profits pour des promoteurs et un lieu de loisirs pour quelques privilégiés.*]

Manifestation pour la sauvegarde des Calanques et leur classement en Parc National : le samedi 22 septembre 2007 à 14 h 30 en haut de la Canebière.


Brèves

31 mai 2008 - Marche pour les calanques

TOUS LES AMIS DES CALANQUES sont invités à manifester ensemble
Pour un vrai Parc des Calanques (...)

28 avril 2008 - Protection des calanques

Le Mardi 6 mai à 18h30, au Laboratoire de Physique – Amphithéâtre « Charve » à l’Université de (...)

9 mars 2008 -  Amoureux des Calanques

Les amoureux des Calanques sont invités à participer à une réunion d’information publique organisée (...)