Des occasions perdues...

In "Un lieu pour vivre"
dimanche 5 février 2012
popularité : 14%

Suite à l’article [1] appelant à soutenir l’École expérimentale de Bonneuil fondée et animée par Maud Mannoni, cet extrait d’"Un lieu pour vivre" nous a paru éclairant.

« Quand on dit que la psychanalyse n’a pas à apporter aux enfants ce qui leur a manqué (en suppléant aux carences), on a raison. La psychanalyse n’est pas un remède des carences, dans la mesure où ce qui a manqué aux enfants, ce n’est pas forcément un apport (en amour, en paroles, en compréhension), mais plutôt des occasions : c’est-à-dire une forme d’ouverture qui aurait permis, par exemple, à tel enfant d’aller jusqu’au bout de sa colère, à tel autre, d’aller au bout de sa demande. Ces occasions perdues ont fonctionné pour le sujet comme une clôture, à partir de quoi, il s’est trouvé pris dans un nœud (l’englobant lui et les autres), enfermé dans l’idée qu’il est fou, mauvais, bon à rien. Son identité est celle qui lui a été donnée par un autre ; à partir d’un échec on l’a nommé dans ses insuffisances. Dans sa relation à l’Autre, le sujet va dès lors provoquer une réponse qui lui confirme qu’il est bien fou, mauvais, bon à rien. Ainsi se crée un cercle dont il n’est plus possible de sortir que par la violence. »

Maud Mannoni [2]


[1] Voir http://penselibre.org/spip.php?arti....

[2] Maud Mannoni, Un lieu pour vivre – Les enfants de Bonneuil, leurs parents et l’équipe des « soignants » p.296, Seuil, Paris, 1976


Brèves

26 juin - Nouvelle brève

"Toute religion est fondamentaliste dès l’instant qu’elle a le pouvoir." (Raoul Vaneigem, De (...)

25 juin - Nouvelle brève

"Les États modernes, pour non confessionnels qu’ils se proclament, n’admettent ni l’agnosticisme (...)

23 août 2013 - Montaigne

« Il n’est point d’hostilité excellente comme la Chrétienne. Notre zèle fait merveilles, quand il va (...)

13 février 2013 -  Victor Marguerite :

« Tous les maux que la guerre prétend guérir sont moins épouvantables que la guerre elle-même. (...)

13 janvier 2013 - Jacques Prévert

Le vrai jardinier se découvre devant la pensée sauvage (in Fatras.)