Turquie : Musicien et athée = procès
Article mis en ligne le 5 juin 2012
dernière modification le 6 juin 2012

par K.S.
logo imprimer

À 42 ans, Fazil Say, pianiste virtuose et compositeur de renommée internationale, devra sans doute s’exiler au Japon en raison de ses convictions philosophiques.

Né à Ankara, il avait choisi d’y revenir après avoir séjourné en Allemagne et aux USA. Récemment, il a revendiqué sur Twitter son athéisme et y a ajouté quelques propos ironiques sur l’appel à la prière du muezzin, citant le poète persan Omar Khayam. D’où une enquête, dans la Turquie autrefois officiellement laïque, mais où le parti islamo-conservateur AKP est au pouvoir depuis 2002. Pour insulte aux valeurs religieuses, Fazil Say risque de 3 à 12 mois de prison.

L’artiste est l’un des porte-parole de la communauté laïque, ce qui lui vaut de nombreux démêlés avec les islamistes, qui l’abreuvent d’insultes et de menaces de mort.

Ses convictions se retrouvent dans ses œuvres : un Requiem pour Metin Altiok, poète tué lors du massacre de Sivas, en 1993, avait été censuré par le ministère turc de la Culture, et un autre oratorio, dédié au poète exilé Nazim Hikmet, n’a pu être représenté à Francfort sous la pression des conservateurs.

SKS


Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84