Quartier libre
un poème de Jacques Prévert
Article mis en ligne le 31 juillet 2012
dernière modification le 12 août 2012

par K.S.
logo imprimer

J’ai mis mon képi dans la cage

et je suis sorti avec l’oiseau sur la tête

Alors

on ne salue plus

a demandé le commandant

Non on ne salue plus

a répondu l’oiseau

Ah bon

excusez-moi je croyais qu’on saluait

a dit le commandant

Vous êtes tout excusé tout le monde peut se tromper

a dit l’oiseau.

Prévert


Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84