Après Fukushima
La catastrophe de Fukushima : des nouvelles en août 2012
Article mis en ligne le 21 août 2012

par K.S.
logo imprimer

Alors que les médias sont devenus quasiment muets à ce sujet,
le Blog de Fukushima permet de se tenir au courant de la situation.
A lire donc : « La catastrophe de Fukushima : des nouvelles en août 2012 » sur http://fukushima.over-blog.fr/artic....
« Avec le temps, puisqu’on n’en parle presque plus, on pourrait penser que la crise nucléaire est terminée. Oui, la crise spectaculaire, avec ses explosions, ses émanations gigantesques, ses déplacements de population, est terminée. Mais la crise nucléaire est maintenant permanente au Japon.

Pour les évacués qui ne peuvent pas rentrer chez eux, pour les évacués à qui les autorités demandent de rentrer chez eux alors que c’est encore contaminé, pour les familles séparées, pour les enfants qui ne peuvent plus jouer dehors parce qu’ils savent que c’est dangereux, pour les personnes dont on a repéré des nodules dans la thyroïde, pour les parents qui doivent surveiller quotidiennement la nourriture de leur famille, pour les milliers d’ouvriers qui travaillent dans l’ex-centrale de Fukushima Daiichi, pour les personnes recrutées pour décontaminer les zones interdites, pour les personnes contaminées, pour ces centaines de milliers de Japonais qui manifestent régulièrement pour sortir du nucléaire, la crise n’est pas terminée.
Difficile de faire une synthèse. Car cette catastrophe n’aura sans doute pas de fin.

 »
Suivent différents articles faisant un point précis sur cette crise nucléaire permanente, abordée par thèmes.

Par ailleurs, à propos des médias, l’Observatoire du nucléaire épingle l’AFP pour son manque de neutralité dans l’annonce des manifestations anti-nucléaires au Japon. Alors que les mobilisations antinucléaires continuent inlassablement, avec notamment un rassemblement de près de 200 000 manifestants (voir : http://bit.ly/OarxcX) l’AFP parle de « quelques milliers de personnes », énoncé qui, par un seul mot (quelques au lieu de plusieurs) induit une perception différente par les lecteurs ; le titre tendant aussi à faire croire que la mobilisation antinucléaire s’essouffle, ce qui est loin d’être exact.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84