La torture comme haut fait d’armes !
L’hommage au Général Bigeard
Article mis en ligne le 20 novembre 2012

par K.S.
logo imprimer

Devant l’ampleur des protestations, le ministre de la
Défense du précédent gouvernement, Gérard Longuet, avait dû annuler le projet de transférer les cendres du général Bigeard aux Invalides.

L’actuel ministre de la Défense – sans avis contraire du gouvernement – a finalement décidé d’honorer le général par l’inauguration, le 20 novembre dernier, d’une stèle à Fréjus destinée à accueillir ses cendres au sein du Mémorial des guerres d’Indochine.

Ainsi, en totale contradiction avec la déclaration universelle des droits de l’homme, article 5 : « Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants  », cet hommage revient à justifier l’usage de la torture, en la considérant comme un haut fait d’armes. Contrairement au général Massu, le général Bigeard n’a exprimé aucun regret pour l’usage systématique de la torture, qualifiée de « mal nécessaire », dans les guerres coloniales.

A honorer un général, pourquoi ne pas choisir Jacques Pâris de la Bollardière qui dénonça l’usage de la torture ; la guerre ne peut que dégrader ceux qui la font, comme ceux qui la subissent, et la torture reste l’un de ses pires aspects.

SKS


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84