Au pays de Lamarck

En France, le néo-créationnisme, sous forme d’Intelligent Design, s’appuie sur les théories finalistes de Lamarck.

Article mis en ligne le 17 décembre 2007
dernière modification le 12 décembre 2007

par K.S.
logo imprimer

Dans le numéro de Sciences & Vie daté de décembre 2007

on pourra lire un article très intéressant sur le créationnisme et l’Intelligent Design.
Non, le créationnisme ne sévit pas qu’aux Etats-Unis d’Amérique, il commence à s’imposer dans divers Etats d’Europe : expédition de l’Atlas de la création dans les établissements d’enseignement, y compris en France (où il a été retiré), parc d’attractions Genesis-Land en Suisse, musées créationnistes en Suède et en Allemagne, contestation ou refus de l’évolution dans les programmes scolaires (voir entre autres à ce sujet, sur notre site, la brève du 29.10.07 et « Intelligent Design, sombre dessein » du 31.03.07).


En France, point de créationnisme comme dans la culture américaine. Au pays des Lumières et de la laïcité, la doctrine fondamentaliste avance sous couvert de notions scientifiques et se nomme Intelligent Design, prenant appui sur le finalisme de Jean-Baptiste Lamarck : « Un demi siècle avant Darwin, le grand naturaliste affirmait que l’environnement influence les êtres vivants, ce qui les amène à développer de nouveaux caractères physiologiques, lesquels sont alors transmis à leurs descendants. Cette théorie a beau avoir été invalidée par Darwin – les individus changent et leur survie face à l’environnement détermine, ensuite, la nature des changements conservés par leur descendance -, notre culture collective n’en continue pas moins de lui faire la part belle. »

Pourquoi cette difficulté à accepter le rôle du hasard dans l’évolution ?

« La théorie de l’évolution a beau être le socle de la biologie du XXIème siècle, dont les bases furent posées en 1859 par Charles Darwin, elle demeure en fait largement incomprise, voire dénaturée par le prosélytisme, mais surtout par l’ignorance. »

[(Faute d’un enseignement scientifique assez solide des mécanismes de l’évolution, élèves et étudiants peuvent difficilement démêler le vrai du faux face aux multiples sites créationnistes présents à l’envi sur la toile. Ainsi le refus du hasard prime dans les mentalités. )]


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84