La psychiatrie en péril

Pas de quoi se réjouir...
dimanche 13 janvier 2013
par  K.S.
popularité : 5%

Le Collectif des 39 Contre la Nuit sécuritaire : « La psychiatrie en péril » a mis en ligne sur son site un entretien avec Thierry Najman, Psychiatre des Hôpitaux, chef de pôle (Hôpital psychiatrique de Moisselles) paru dans Lien Social [1] qui affirme que la psychiatrie aujourd’hui semble être en situation "de dépérissement".

Quelques extraits :

« Deux lois votées durant le précédent quinquennat ont fait basculer la psychiatrie publique dans un autre registre :

La loi Hôpital Patient Santé & Territoire (HPST) de décembre 2009 a profondément modifiée l’organisation interne des hôpitaux en entérinant le modèle de l’entreprise privée pour l’hôpital. Cette loi sous-entend que la santé est une marchandise comme une autre. Les hôpitaux sont désormais soumis à des contraintes semblables aux entreprises privées, en particulier en matière budgétaire, sans avoir par ailleurs les prérogatives du privé, puisqu’en même temps, les hôpitaux sont soumis à des directives fortes de l’Etat. En réalité, ce système n’a qu’un seul objectif, de nature financière.

Plus récemment, a été votée la loi du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement. Cette loi constitue une profonde régression. Sous couvert d’introduire l’intervention du juge des libertés et de la détention (JLD) pour protéger les patients d’une hospitalisation abusive, cette loi est à l’origine de nouveaux modes de soins sans consentement qui font, en réalité, le lit de beaucoup de dérives. Par exemple, il est désormais possible d’hospitaliser un patient sans son consentement, sur décision médicale, sans l’intervention d’un tiers, ce qui n’était pas possible avec la précédente loi de 1990. La loi de 1990 n’était pas parfaite. Mais la nouvelle loi, dont le fondement sécuritaire crève les yeux, tire la psychiatrie vers une fonction d’auxiliaire de police. De plus, il n’est pas certain que l’intervention du JLD protège les patients de quoi que ce soit, car la grande majorité des juges n’a reçu aucune formation clinique et doit prendre une décision en quelques minutes dans un domaine qu’ils ne connaissent pas.

A cela s’ajoute beaucoup de difficultés issues d’un manque de moyen et d’un envahissement bureaucratique hallucinant qui empêche les professionnels de la psychiatrie de se consacrer à ce qui devrait être le cœur de leur métier, c’est-à-dire la clinique, le soin et la prévention de la souffrance psychique. […] »

[…]

« Concrètement, dans les services de psychiatrie, avec cette nouvelle législation sécuritaire, de nombreux psychiatres passent plus de temps à rédiger des certificats de soins sous contrainte, qu’à prendre soin des patients dont ils ont la charge. »

La suppression de la Haute Autorité de Santé et l’abrogation des lois sécuritaires fait partie, pour Thierry Najman des principales mesures à prendre pour que la psychiatrie redevienne en France une médecine respectée au service des usagers.

L’ensemble de l’entretien peut être lu sur : http://www.collectifpsychiatrie.fr/....


[1n° 1084 du 29 novembre 2012, pp. 18 et 19.


Brèves

8 mai - Au mois de mai

En mai 1931, sortie à Paris du premier numéro du mensuel "La Grande Réforme" sous-titré : Organe (...)

1er décembre 2016 - 1er décembre : Journée pour les Prisonniers pour la Paix

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres (...)

6 août 2016 - Le 6 et le 9 août 1945

Ne pas oublier : Le 6 août 1945, à Hiroshima (Japon), le feu nucléaire de la première bombe A, (...)

14 juillet 2016 - Bêtise et méchanceté humaine :

Corrida, jusqu’au bout de l’absurde et de la haine du vivant : La mère du taureau Lorenzo qui à (...)

2 juillet 2016 - Les vidéos du colloque ’Animal politique’

Le 2 juin 2016 à l’Assemblée Nationale, le Colloque ’Animal politique’ a été organisé par 27 (...)