"Qu’y a-t-il de sacré ? "
Salmann Rushdie "Joseph Anton - une autobiographie" Extraits
Article mis en ligne le 13 janvier 2013

par K.S.
logo imprimer

En attendant une note de lecture qui sera prochainement mise en ligne sur Penser libre, voici deux extraits du dernier livre paru de Salman Rushdie [1].

« Ce fut pour lui une leçon objective de l’importance du "laisser dire" dans le débat sur la liberté d’expression, il valait toujours mieux autoriser les discours même les plus répréhensibles que de les cacher sous le tapis, discuter publiquement et éventuellement se moquer des choses détestables plutôt que de leur conférer l’aura du tabou, et que, dans la plupart des cas, on pouvait faire confiance aux gens pour distinguer le bien du mal. » (p. 299)

« Il sut immédiatement qu’il avait envie d’écrire sur l’iconoclasme, d’affirmer que, dans une société ouverte, aucune idée, aucune croyance ne pouvait être protégée, mise à l’abri des défis de toutes sortes, philosophiques, satiriques, profonds, superficiels, malicieux, irrévérencieux ou corrects. La liberté supposait avant tout que la possibilité du débat soit protégée. Le lieu même de la liberté, c’était le débat et non la solution du débat, la possibilité d’attaquer même les croyances les plus chères d’autrui ; une société libre n’était pas placide mais turbulente. Le bazar des opinions conflictuelles était le lieu même de la liberté. Cette idée donnerait lieu à la conférence "Qu’y a-t-il de sacré ? "… » (p.246/247 )

Notes :

[1Salman Rushdie, Joseph Anton, une autobiographie, Feux croisés, Plon, septembre 2012


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.84