Lucia Sanchez Saornil

(1895 - 1970)
dimanche 17 mars 2013
par  K.S.
popularité : 3%

Guillaume Goutte, Lucia Sanchez Saornil, poétesse, anarchiste et féministe, Paris, Éditions du Monde Libertaire, mars 2011.

Comme le fait remarquer l’auteur, Guillaume Goutte, dans l’avant propos :

« Très peu de choses ont été écrites sur Lucia Sanchez Saornil. Certes, l’on peut trouver quelques informations dans différents livres et articles abordant la révolution espagnole de 1936 ou, plus particulièrement, l’organisation des Mujeres Libres, mais c’est bien peu comparé à l’activisme artistique et militant dont a fait preuve Lucia pendant sa vie. D’abord engagée dans l’un des plus importants mouvements poétiques avant-gardistes de l’Espagne, puis activement investie dans l’anarcho-syndicalisme, la lutte pour l’émancipation des femmes et la révolution sociale espagnole de 1936, Lucia a toujours cultivé en elle le changement et le désir de faire naître une société plus juste, plus libre et plus égalitaire.
Ce petit travail de recherches entend faire revivre en quelques pages une femme extraordinaire, à la fois poète et anarchiste, qui a fait de sa vie une lutte pour un monde meilleur.
 »

Petit par le format, mais riche par le contenu, cette biographie de Lucia Sanchez Saornil fait connaître une personnalité remarquable et rappelle fort opportunément le contexte dans lequel elle a vécu et lutté. Les annexes qui suivent mettent au jour des articles et autres textes fort intéressants, et dont voici quelques extraits ci-dessous :

« L’effondrement de tous les ressorts de l’Etat, de tous les subterfuges de l’autorité, laissait les femmes livrées à leurs propres forces et contraintes à résoudre elles-mêmes le problème gigantesque de leur propre existence.

Un individu, ces jours-là, était comme un bouchon flottant sur les vagues de la mer sociale déchaînée, exposé à tout moment à être avalé par la tourmente. Il se formait précipitamment des agrégats humains et des collectivités. La sauvegarde de l’intérêt individuel dépendant de la sauvegarde de l’intérêt collectif. Les femmes n’hésitèrent pas un instant à suivre ce chemin : ce que ne faisait pas la conscience, l’intuition le faisait. Le problème social arrivait à elles par le biais du problème individuel, face à face, en pleine rue, les murs de contention de l’antique foyer enfin rompus. » [1]

« On peut dire qu’au cours des siècles, le monde masculin a toujours oscillé, à propos de la femme, entre les deux concepts extrêmes : la prostituée et la mère, l’abject et le sublime, sans s’arrêter sur ce qui est strictement humain : la femme. La femme comme individu : individu rationnel, pensant et autonome. » [2]

(On peut évidemment émettre quelques réserves sur certains termes employés : être prostituée n’est pas forcément abject – sinon tout salarié intellectuel et/ou manuel le serait –, être mère n’est pas automatiquement sublime !

Néanmoins on appréciera cette perception des femmes comme individus.)

« Pour un anarchiste, avant le travailleur il y a l’homme ; avant la mère, il doit y avoir la femme. Car pour un anarchiste, avant tout et par-dessus tout, il y a l’individu. » [3]

[… l’anarchiste ] « qui demande à la femme sa collaboration pour la subversion sociale doit commencer par reconnaître en elle son égale avec toutes les prérogatives de l’individualité. »

« Je me suis proposée d’ouvrir, pour la femme, les perspectives de notre révolution, en lui offrant des matériaux pour qu’elle se forme elle-même une mentalité libre, capable de distinguer le vrai du faux, le politique du social. […] La tâche est longue et difficile et je devine qu’un camarade, de ceux qui voient la révolution au coin de la rue, sourira avec suffisance et me dira qu’il est trop tard pour emprunter cette voie. Moi aussi, je me dois de sourire et de lui rappeler que pour avoir tous les jours la révolution à portée de main sans jamais l’attraper, j’ai vu l’éducation de nos jeunes abandonnée et beaucoup d’entre eux croire que pour s’appeler anarchiste il suffit de savoir charger un pistolet. Il est bien de croire à la révolution tous les jours, mais il est encore mieux d’aller à sa recherche en la forgeant minute après minute dans les intelligences et dans les cœurs. » [4]

En savoir plus :http://chroniques-rebelles.info/spi...

http://www.plusloin.org/refractions...

[->http://www.angelfire.com/grrl/placeausoleil/MujeresLibres.html

SKS


[1In CNT, 30 janvier 1937

[2In Solidaridad Obrera, 15.10.1935

[3Idem note 1.

[4Solidaridad Obrera, 8 novembre 1935


Brèves

21 septembre 2011 - ’Le vrai scandale des gaz de schiste

Vient de paraître :
"Le vrai scandale des gaz de schiste" par Marine Jobert et François (...)

18 octobre 2010 - Brassens libertaire

Vient de paraître Brassens libertaire de Marc Wilmet .
En voici la présentation par la librairie (...)

12 janvier 2009 - « Qui sont les anarchistes ? »

Information de Raforum Recherches sur l’anarchisme
Le prochain numéro du « Monde diplomatique » (...)

20 décembre 2008 - Encyclopédie anarchiste en ligne

Raforum () annonce :
« La grande et unique Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure vient (...)

20 novembre 2008 - Emile Temime

Emile Temime est mort à Marseille le 19 novembre à l’âge de 82 ans,. Historien, il fut notamment (...)